Intempéries : l'état de catastrophe naturelle reconnu dans 25 communes

Intempéries : l'état de catastrophe naturelle reconnu dans 25 communes
Une exploitation d'abricots atteinte par la grêle le 15 juin 2019.

, publié le samedi 22 juin 2019 à 20h15

À la suite des averses de grêle qui ont frappé plusieurs départements le 15 juin, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu, ouvrant la voie à des indemnisations pour les victimes.

Les images avaient fait le tour des JT le 15 juin : d'énormes averses de grêles ravageant les cultures, et les maisins. Certains agriculteurs ont perdu entre 80 et 100 % de leur récolte.

Face à cette situation, vingt-cinq communes des départements de l'Ain, de l'Ardèche, de la Drôme, de l'Isère et de la Haute-Savoie ont été reconnues en état de "catastrophe naturelle" selon un arrêté du ministère de l'Intérieur publié samedi 22 juin au Journal officiel. 

Cette reconnaissance permettra de déclencher des indemnisations exceptionnelles pour les victimes de ces intempéries, qui ont engendré inondations et coulées de boue. Parmi les communes concernées, se trouvent Dagneux (Ain), Genestelle (Ardèche), Bourg-de-Péage et Romans-sur-Isère (Drôme). 

"C'est catastrophique"

Le 16 juin, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avait promis cette reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. "C'est catastrophique, j'ai rarement vu des épisodes comme celui-ci, la situation est vraiment dramatique. En termes agricoles, la Drôme et l'Isère sont les départements les plus touchés", avait alors déclaré le ministre. "Pour la plupart des récoltes, c'est entre 80 et 100% de pertes", avait-il ajouté. Dans la Drôme, les pompiers sont intervenus à près de 380 reprises, dont plus de 200 rien qu'à Romans-sur-Isère.


En Haute-Savoie, une touriste allemande de 51 ans est décédée dans un camping, écrasée par un arbre tombé sur son camping-car.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.