Incidents Lyon-Marseille : le football français va "dans le mur", s'alarme Roxana Maracineanu

Incidents Lyon-Marseille : le football français va "dans le mur", s'alarme Roxana Maracineanu
Dimitri Payet a été touché par un jet de bouteille, lancée depuis les tribunes du stade de l'OL

publié le lundi 22 novembre 2021 à 09h05

"Il faut que ça s'arrête !", lance la ministre des Sports, au lendemain du match interrompu entre l'Olympique Lyonnais et l'Olympique de Marseille.

Pour la sixième fois de la saison, une rencontre de Ligue 1 a été interrompue à la suite de débordements en tribunes, à l'occasion du match Lyon-Marseille, dimanche 21 novembre, à Décines. Le joueur de l'OM Dimitri Payet a été touché par un jet de bouteille, provoquant l'interruption définitive de la rencontre, qui venait de débuter.

Le stade a fini par être évacué, après deux heures d'imbroglio entre Ligue, arbitre, dirigeants des clubs et préfecture.


"Il faut qu'ils se mettent d'accord entre eux. Ce type de problèmes, c'est à la Ligue de les régler". "Chacun doit comprendre que c'est la survie du football français qui est en jeu!", s'est alarmée la ministre des Sports Roxana Maracineanu, évoquant en parallèle le "modèle économique" d'un secteur placé sous assistance respiratoire pendant la crise sanitaire. "Nous avons aidé ce monde du football, on ne peut pas collectivement se permettre que ça se passe ça", a t-elle lancé.

Peu après le match, la ministre des Sports avait jugé "intolérable" l'acte commis envers l'attaquant marseillais, appelant les clubs à une prise de conscience "immédiate et radicale" quant à la sécurité. "C'est inadmissible. Il est intolérable qu'on puisse s'en prendre aux acteurs du jeu en les agressant de cette manière", a-t-elle réagi dans une déclaration à la presse, après un tweet indiquant que ce type d'"actes" devait "entraîner à minima l'arrêt des matches".


De nombreux incidents du même type ont éclaté dans les stades de Ligue 1 depuis le début de la saison. "La Ligue devra certainement clarifier son règlement pour qu'un tel acte d'agression sur un acteur du jeu entraîne un arrêt automatique du match", a précisé la ministre dans cette déclaration. "Sans prise de conscience immédiate et radicale des clubs pour garantir la sécurité sur la pelouse et dans les tribunes, nous allons dans le mur", a-t-elle ajouté. Comme après les incidents de début de saison, elle s'est dite "favorable à des sanctions individuelles et je reste sur cette ligne", appelant à ce que cet acte soit "puni".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.