Incendies dans le Var : "le pire a été évité", salue Emmanuel Macron

Incendies dans le Var : "le pire a été évité", salue Emmanuel Macron
Emmanuel Macron en déplacement dans la commune de Le Luc où se trouve le centre des opérations des pompiers, le 17 août 2021.

publié le mardi 17 août 2021 à 19h00

Le président de la République a reconnu que le combat contre les flammes n'étaient pas encore terminé.

L'ampleur prise par l'incendie qui ravage le massif des Maures, dans le Var, a sorti Emmanuel Macron de ses vacances. "Le pire a été évité", l'incendie n'ayant fait aucune victime, "mais la bataille continue", a estimé le président mardi 17 août, en visite dans l'arrière-pays de Saint-Tropez (Var) et le massif des Maures, en proie aux flammes depuis lundi.


Le chef de l'Etat est arrivé en fin d'après-midi au poste de commandement du Luc, à une heure de route du fort de Brégançon où il réside depuis début août.

Mardi soir, le feu avait parcouru 6.500 hectares et connaissait des reprises: "La bataille continue, le feu n'est pas fixé et stabilisé, les prochaines heures sont particulièrement décisives", a insisté Emmanuel Macron.

S'adressant aux gendarmes, pompiers et élus locaux, le président a insisté: "Si nous avons ce bilan humain, c'est aussi grâce à vous". Cet incendie n'a fait aucune victime parmi les habitants et les touristes, "et malgré trois blessés nos sapeurs pompiers continuent d'être au combat", a insisté le chef de l'Etat.

Le président a également voulu remercier "les maires qui ont apporté leur solidarité en accueillant nos compatriotes où les touristes parfois étrangers qui étaient sur cette zone pour les protéger". Au total, "plusieurs milliers" de personnes ont été évacuées dans la nuit de lundi à mardi, a-t-il souligné.

Les habitants et les pompiers de cette partie du Var restent marqués par les incendies de l'été 2003, dans lesquels avaient péri trois pompiers. Le colonel Eric Grohin, des pompiers du Var, a ainsi souligné que ce feu a pris "le même couloir" que celui de 2003, en "plus rapide", avec une vitesse de propagation allant jusqu'à huit kilomètres par heure sur le relief.

La priorité des pompiers, a insisté le colonel, est la défense des villages et des hameaux: "Avec les sautes de feu de 700- 800 mètres, on ne peut pas grand chose si ce n'est préserver les vies humaines et les maisons", a-t-il avoué. Mardi soir, neuf Canadairs tournaient encore dans le Var au dessus de la zone touchée.

Face à "ce premier grand feu de la campagne estivale", Emmanuel Macron a appelé à "rester modeste": "Nous avons été beaucoup plus épargnés que certains de nos voisins, vous l'avez vu durant la saison estivale", a-t-il rappelé, en référence aux incendies ayant touché la Grèce, l'Italie et l'Algérie notamment.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.