Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : l'Assemblée lance une consultation citoyenne sur la "gestion" de la crise

Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : l'Assemblée lance une consultation citoyenne sur la "gestion" de la crise
L'usine Lubrizol à Rouen le 27 septembre 2019, après l'incendie.

, publié le mardi 03 décembre 2019 à 16h45

Tous les citoyens français ont jusqu'au 31 décembre pour participer, en répondant au questionnaire mis en ligne sur le site de l'Assemblée nationale. 

Vivez-vous à côté d'une installation classée Seveso ? Vous sentez-vous suffisamment informé sur la présence des sites industriels à proximité de chez vous ? Jusqu'au 31 décembre, tous les citoyens français peuvent participer à une vaste consultation citoyenne sur le site internet de l'Assemblée nationale.



Cette consultation a été lancée par la mission d'information de l'Assemblée sur l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen, lundi 2 décembre et a pour objectif de recueillir "l'opinion" du public "sur la gestion" de la crise. Elle se présente sous la forme d'un questionnaire qui diffère suivant le lieu d'habitation.

Des questions plus spécifiques sont posées aux habitants de Seine-Maritime afin de "saisir plus spécifiquement leur ressenti et leurs réactions face à une crise qu'ils ont vécue" : comment avez-vous été informé de l'incendie ? À quel moment ? Selon vous, les autorités ont-elles donné toutes les informations disponibles en transparence ? Avez-vous confiance dans les études sur l'eau qui ont été réalisées ?


Les résultats seront ensuite analysés et ajoutés aux travaux en cours de la mission d'information, présidée par le député PS de Seine-Maritime Christophe Bouillon. Les données complètes seront disponible en "open data", pour une consultation large du public. 

Pour faire toute la lumière sur cet incendie dans lequel plus de 5.000 tonnes de produits chimiques ont brûlé, l'Assemblée nationale a lancé début octobre cette mission d'information, qui conduit depuis des auditions. Une commission d'enquête, aux pouvoirs d'investigation plus étendus, n'a pas été jugée souhaitable en raison de l'enquête judiciaire par ailleurs en cours.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.