Incendie "circonscrit" dans une usine d'Ariège, confinement levé

Incendie "circonscrit" dans une usine d'Ariège, confinement levé
De la fumée s'échappe de l'usine Aubert et Duval à Pamiers le 10 septembre 2021

publié le vendredi 10 septembre 2021 à 13h45

L'incendie dans un "bac d'acide" d'une usine de métallurgie proche du centre de Pamiers (Ariège) a été "circonscrit" et les mesures de confinement des habitants ont été levées, a indiqué vendredi la préfecture.

L'incendie, déclaré peu avant l'aube, dans l'usine Aubert et Duval "a été circonscrit à 10H25. Une évaluation des risques sur le site sera réalisée par les services spécialisés du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours, NDRL) et les mesures de confinement ont été levées en fin de matinée, ont indiqué les services de l'Etat dans un communiqué.

"Les causes de l'incendie ne sont pour le moment pas identifiées", affirme pour sa part l'usine Aubert et Duval, filiale du groupe Eramet, précisant que "le site a été totalement évacué" et qu'il "n'y a aucun blessé". 

La préfecture a également confirmé l'absence de blessés.

Le communiqué du groupe précise que l'incendie s'est déclaré à l'intérieur d'un bâtiment "destiné au traitement chimique des pièces fabriquées sur le site".

Un peu plus tôt dans la matinée, les habitants résidant dans un rayon de 200 m autour de l'usine avaient été invités à se confiner et le reste de la population à ne plus se déplacer, par crainte d'émanations toxiques.

Les accès à cette sous-préfecture de plus de 15.000 habitants, au pied des Pyrénées, avaient été interdits à la circulation pour faciliter les secours.

Dans les quartiers voisins de l'usine, aux portes du centre historique, un véhicule de la police circulait dans les rues en avertissant la population par mégaphone: "Risque toxique important. Rentrez chez vous, fermez les fenêtres et confinez-vous".

- "Accident industriel" - 

"C'est un atelier de chimie qui a pris feu, c'est un accident industriel. Les pompiers ont fait passer les gars aux analyses respiratoires, il n'y a pas eu de souci. Apparemment, ils ont maîtrisé le feu", a témoigné un salarié d'Aubert et Duval.

L'incendie s'est déclaré vendredi vers 06H30, dans un bac d'acide situé dans un bâtiment de 400 m² au sein de cette usine de métallurgie de pointe, sous-traitant d'Airbus. "Le feu s'est propagé rapidement à tout le bâtiment", avait précisé la préfecture.

"J'ai vu depuis ma fenêtre que les gamins qui jouaient dans la cour de récréation (d'une école à proximité de l'usine) ont été rapidement ramenés en classe", a témoigné auprès de l'AFP une habitante. Selon elle, une alarme avait retenti dans toute la ville.

Plusieurs riverains ont affirmé avoir entendu "des petites explosions" avant d'apercevoir un nuage grisâtre planer au-dessus de la ville.

Peu avant midi, Isabelle, une habitante de Pamiers de 54 ans, télétravaillant à 200 m de l'usine, a indiqué à l'AFP ne "pas trop s'inquiéter concernant les risques sur la santé des habitants". "Mais je m'inquiète pour les gens qui travaillent dans l'usine. Si cet incendie met en péril leur activité, ça va être catastrophique pour Pamiers", a-t-elle ajouté.

Aubert et Duval, filiale de la branche Alliages d'Eramet, est le plus gros employeur privé d'Ariège. L'entreprise est spécialisée dans la production d'aciers haute performance pour les industries aéronautiques, spatiales ou médicales.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.