Impôts : Airbnb n'aurait payé que 93.000 euros au fisc français en 2016

Impôts : Airbnb n'aurait payé que 93.000 euros au fisc français en 2016
Un groupe de touristes se photographie devant la tour Eiffel, le 29 septembre 2016

Orange avec AFP, publié le lundi 07 août 2017 à 11h10

La somme paraît dérisoire, au regard de la très forte activité qu'affiche l'entreprise. Le Parisien a mis au jour un vaste système d'optimisation fiscale en vigueur chez Airbnb, qui permet à l'entreprise américaine d'alléger le montant de ses impôts en France.



Vous pensiez soutenir l'économie française en louant votre logement via Internet (et en déclarant la transaction) ? Pas si sûr. C'est ce que révèle Le Parisien dans son édition du lundi 7 août. Ancienne start-up devenue la référence mondiale pour la location entre particuliers, Airbnb ne se serait acquitté que de 92.944 euros d'impôts l'an dernier. À peine plus qu'une modeste PME. Pourtant, avec au moins 400.000 appartements répertoriés sur la plateforme, la France représente le deuxième marché de l'entreprise, juste derrière les États-Unis. Paris se trouve même à la première place des villes les plus référencées, avec 60.000 annonces à elle toute seule. "Notre activité a crû de (...) 60% en 2016", expliquait le directeur général d'Airbnb France, Emmanuel Marill, dans un entretien au quotidien Le Monde daté du 5 août. Le succès est indéniable.



Dans ses comptes, la multinationale affiche un bénéfice bien maigre face aux centaines de transactions qu'elle enregistre chaque jour sur son site français. Et pour cause, l'argent ne passe jamais par la branche française, qui paie très peu d'impôts sur les sociétés, explique Le Parisien. "Vous ne l'aviez peut-être pas remarqué" mais "lorsque vous louez un bien sur Airbnb.fr, vous passez un contrat avec deux sociétés basées à l'étranger", détaille le journal. "L'une en Irlande, l'autre au Royaume-Uni. L'argent est donc encaissé hors des frontières de la France ce qui allège beaucoup ses impôts en France."



Du côté des intéressés, on assure que toutes les activités de l'entreprise sont légales. "Nous nous conformons aux règles et payons toutes les taxes que nous devons, là où nous opérons", a fait savoir un porte-parole, interrogé par Le Parisien. "Notre bureau en France fournit des services de marketing et paie toutes les taxes applicables", se félicite même l'entreprise. "Nous avons développé un certain nombre d'initiatives pour informer les hôtes (c'est-à-dire les loueurs) sur les taxes dont ils doivent s'acquitter. Par ailleurs, nous collectons et reversons la taxe de séjour pour le compte des hôtes dans plus de 50 villes françaises." Dans l'Hexagone comme dans d'autres pays en Europe, la question de la fiscalité appliquée aux géants du web fait débat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.