Impôt sur la fortune immobilière : Benjamin Griveaux annonce son évaluation à l'automne 2019, Marlène Schiappa prête à "rétablir l'ISF"

Impôt sur la fortune immobilière : Benjamin Griveaux annonce son évaluation à l'automne 2019, Marlène Schiappa prête à "rétablir l'ISF"
Marlène Schiappa et Benjamin Griveaux le 21 mars 2018 dans la cour de l'Élysée.

Orange avec AFP, publié le mercredi 05 décembre 2018 à 11h36

VIDÉO. Marlène Schiappa a également proposé dans un communiqué de "rétablir l'ISF" si les capitaux de l'IFI "ne sont pas suffisamment réinjectés dans l'économie française".

Interrogé sur un possible rétablissement de l'Impôt sur la fortune (ISF), transformé l'an dernier en Impôt sur le fortune immobilière (IFI), Benjamin Griveaux a assuré mercredi 5 décembre sur RTL que "ce sujet-là n'est pas sur la table", demandant "18 à 24 mois pour que la mesure fasse son plein effet".

Mais il a ajouté que "si quelque chose ne marche pas, on n'est pas idiot, on va le changer".

Et a rappelé que ce dispositif serait évalué par le Parlement, vraisemblablement à partir de "l'automne 2019".



Une "position personnelle" de Marlène Schiappa

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, s'est dite de son côté prête à proposer de "rétablir l'ISF" si les évaluations du nouveau dispositif qui le remplace ne sont pas concluantes, selon un communiqué de son cabinet. Dans ce communiqué reprenant les propos qu'elle a tenus la veille lors d'une émission de France 3 consacrée aux "gilets jaunes", la ministre défend une "position personnelle sur l'ISF": "Nous allons évaluer la transformation de l'ISF en IFI", et "si l'évaluation montre que des capitaux ne sont pas suffisamment injectés dans l'économie française, je proposerai de rétablir l'ISF".



"Ce matin, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, annonce que c'est désormais la position officielle du gouvernement", souligne le communiqué. Marlène Schiappa estime que "le gouvernement a entendu et écouté les questions sur ce sujet lors des consultations récentes, et notamment celles qu'elle a menées auprès des 'gilets jaunes' en Sarthe, et pris des décisions fondées sur cette écoute, conformément à la méthode initiale de campagne du président Emmanuel Macron", conclut le communiqué.

Gérard Larcher "pas favorable"

Le président du Sénat Gérard Larcher n'est "pas favorable" à la suppression de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) et au rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF), même si le "dialogue" sur le sujet lui "semble légitime", a-t-il déclaré sur France Inter, après l'annonce de Benjamin Griveaux. "Je ne suis pas favorable à la disparition aujourd'hui de cette mesure, qui a été le passage par l'impôt sur la fortune immobilière", a indiqué Gérard Larcher sur France Inter. "Si l'évaluation démontrait que cet impôt n'est autre chose qu'un sparadrap pour parler à l'opinion publique, rien n'est impossible. Mais je ne crois pas que ce soit une bonne solution", a-t-il insisté.



Gérard Larcher a rappelé que le dispositif, voté fin 2017, serait évalué à l'Assemblée et par "la commission des finances" du Sénat. "Notre travail ce n'est pas simplement de voter la loi, c'est aussi de contrôler", a-t-il souligné. "Que cette question fasse l'objet du dialogue, tout ceci me semble légitime", a-t-il toutefois reconnu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.