Impôt : 10 millions de personnes auront un reliquat à payer à partir de septembre

Impôt : 10 millions de personnes auront un reliquat à payer à partir de septembre©Joël Saget/ AFP

publié le vendredi 05 août 2022 à 13h03

Jusqu'à la fin du mois d'août, la Direction générale des finances publiques (DGFiP) met en ligne les avis d'impôt sur les revenus de l'année 2021. Plus de 10 millions de contribuables vont découvrir, ou redécouvrir, qu'ils ont un complément d'impôt à payer à l'automne.

A partir du mois de septembre, quelque 10 millions de contribuables français devront régler un complément d'impôt.

Cela concerne toute personne assujettie à l'impôt sur le revenu qui n'a pas actualisé, en 2021, son taux de prélèvement à la source. Et ce pour deux raison : soit à la suite d'une augmentation de salaire soit si elle a bénéficié d'une avance de réductions ou de crédits d'impôt trop élevée.


Depuis l'entrée en vigueur du prélèvement à la source, en 2019, une fraction de l'impôt sur le revenu est déduite chaque mois du salaire versé. Mais il arrive que le contribuable ait au final payé un montant insuffisant d'impôt, nécessitant un réajustement plusieurs mois après. Ainsi, au titre des revenus touchés en 2021, le rattrapage s'effectue à l'automne 2022.

Il ne s'agit pas d'une situation nouvelle. Un bilan sur la campagne de déclaration 2022, diffusée le 1er août par la DGFiP, montre que 10,7 millions de foyers fiscaux sur les 38,6 millions recevant un avis d'impôt auront un reste à payer cet automne. Cela correspond à 22,5 milliards d'euros d'impôt sur le revenu non encore perçus par l'Etat, soit en moyenne 2.100 euros à régler par contribuable concerné.

Quant au prélèvement de ce reste à payer, il sera effectué entre septembre et décembre en un ou plusieurs prélèvements. Si le complément à régler est inférieur ou égal à 300 euros, il sera prélevé en une seule fois le 26 septembre. Au-dessus de ce montant, le paiement est divisé en quatre prélèvements mensuels débités entre le 26 septembre et le 27 décembre 2022.


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.