France

Immobilier : dans quelles villes peut-on investir pour moins de 100 000 euros ?

Un classement réalisé par Le Parisien étudie les villes de plus de 30 000 habitants où l'investissement immobilier est le plus rentable avec moins de 100 000 euros. Si le prix du mètre carré a une forte influence, l'évolution démographique et son dynamisme en termes d'emplois font également partie des critères à prendre en compte.

Malgré les prix élevés de l'immobilier, il est encore possible d'acheter avec 100 000 euros ou moins. Où l'investissement est-il le plus avantageux ? Le Parisien propose un classement des villes de plus de 30 000 habitants les plus propices à l'achat, sur la base de plusieurs critères, parmi lesquels le prix moyen du mètre carré, la rentabilité, l'évolution de la population ou encore la vacance locative. Et c'est la ville de Roanne, dans la Loire, qui s'en tire le mieux. "Les prix au mètre carré sont parmi les plus bas de France et on a un parc locatif qui est assez important", explique Guillaume Desgranges, directeur d'une agence immobilière de la ville. Les studios et deux-pièces y coûtent environ 1 400 euros le mètre carré.

Autre ville de Loire, Saint-Étienne se classe troisième, devancée par Alès (Gard). Une belle performance au regard de son nombre d'habitants (170 000), mais qui pourrait ne pas durer : plusieurs investisseurs ont déjà flairé les bonnes affaires et l'engouement fait augmenter les prix. Certaines communes, quoique pénalisées par leur dynamique démographique, se classent bien, comme Nevers, dans la Nièvre (4e), et Carcassonne, dans l’Aude (5e). Dans d’autres villes, les transactions à moins de 100 000 euros pour des appartements constituaient plus de 50% des acquisitions l’an dernier. C’est le cas à Tarbes (Hautes-Pyrénées), Angoulême (Charente), ou encore Belfort (Territoire de Belfort).

Le prix du mètre carré ne fait pas tout

À Montluçon (Allier), la situation est paradoxale : alors qu'elle est la ville la moins chère au mètre carré parmi les villes de plus de 30 000 habitants, elle est seulement 18e, à cause de son évolution démographique (-1,6 % chaque année entre 2014 et 2020) et de son taux de chômage élevé, entre autres écueils. Autre constat à tirer de ce classement, plus intuitif : les métropoles et les villes situées à proximité d'une métropole sont quasiment inatteignables avec un budget de 100 000 euros.

publié le 13 mai à 11h45, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux