Île-de-France : des maires demandent à "repousser l'heure du couvre-feu à 19 heures"

Île-de-France : des maires demandent à "repousser l'heure du couvre-feu à 19 heures"
Une rue de Paris quasi-déserte après le couvre-feu, en décembre 2020.

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 11h15

"Entre 17 heures et 18 heures c'est vraiment la foule dans les commerces, les gens sortent du travail, il n'y a pas assez de temps", a expliqué le maire de Sceaux Philippe Laurent. 

L'Île-de-France pourrait-elle voir son couvre-feu repousser à 19 heures ? S'il ne devrait pas y avoir de confinement le week-end dans la région, le Premier ministre Jean Castex doit annoncer, ce jeudi 4 mars à 18 heures, les restrictions supplémentaires décidées pour les 20 départements placés sous surveillance renforcée à cause de la situation sanitaire, dont font partie tous les départements franciliens. 



Dans l'attente de ces annonces, le maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine) et secrétaire général de l'Association des maires de France (AMF), Philippe Laurent, a indiqué sur franceinfo avoir "demandé (au gouvernement) de repousser l'heure du couvre-feu à 19 heures". "On constate qu'entre 17 heures et 18 heures c'est vraiment la foule dans les commerces, les gens sortent du travail. Il n'y a pas assez de temps, surtout en Île-de-France, parce qu'on n'a pas tout à fait le même rythme de vie, ça ne nous paraît pas bien parce que ça crée des attroupements", a-t-il expliqué.

Selon l'élu, "l'option du confinement le week-end, d'un confinement de type de celui l'automne, étaient quand même sur la table". Si ces options n'ont finalement pas été retenues, les élus de la région espèrent toutefois que "s'il devait y avoir confinement", "les parcs et jardins restent ouverts parce que pendant le confinement des mois de mars et avril, on a vu que c'était quand même catastrophique de ne pas ouvrir des parcs et jardins".

D'après Philippe Laurent, les maires de la région "sont extrêmement attachés à ce que les écoles puissent continuer à fonctionner. Il faut tout faire pour que les écoles continuent à fonctionner, même si il faut reconfiner partiellement ici ou là. C'est très important parce que c'est la structure de la vie des familles et il y a un sentiment de grande lassitude chez les Français". "C'est vraiment le point absolument essentiel", a-t-il souligné.



Le maire UDI de Sceaux a par ailleurs estimé que "la démarche territorialisée qui semble avoir été acceptée et mise en œuvre par le gouvernement nous semble bonne". Toutefois, en Île-de-France, "il faut que ce soit des mesures qui soient valables pour l'ensemble de la région, parce que les gens, même avec un confinement partiel, continuent quand même à bouger, pour le travail ou pour autre chose. (...) il faut que les règles soient claires, soient comprises et qu'on ne change pas de règles lorsqu'on passe de Paris dans les Hauts-de-Seine ou en Seine-Saint-Denis, par exemple", a-t-il ajouté.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.