Il y a 26 ans : la catastrophe de Furiani

Il y a 26 ans : la catastrophe de Furiani
Moment de recueillement devant le stade de Furiani (Haute-Corse), le 5 mai 2017.

Orange avec AFP, publié le samedi 05 mai 2018 à 08h20

Aucun match de football ne sera joué, samedi 5 mai. La Ligue 1 comme la Ligue 2 rendent hommage aux victimes du drame de Furiani, en Corse, où l'effondrement d'une tribune avait fait 18 morts et 2 357 blessés il y a 26 ans.

La ministre des Sports, Laura Flessel, se déplace en Haute-Corse, samedi 5 mai. Elle participe aux commémorations du 26e anniversaire de la catastrophe de Furiani.

C'est dans cette ville qu'en 1992, l'effondrement d'une tribune du stade Armand-Cesari avait causé la mort de 18 personnes et blessé 2 357 spectateurs. Bastia y rencontrait l'Olympique de Marseille, à l'occasion de la demi-finale de la Coupe de France.



Pour la première fois depuis le drame, les joueurs de la Ligue 1 comme de la Ligue 2 resteront au vestiaire : aucun match ne sera disputé, la FFF et la LFP ayant décalé les rencontres à la veille ou au lendemain.

"Premier pas"

Sur Europe 1, Josepha Guidicelli, présidente du collectif des victimes, a salué ce "premier pas" : "Nous sommes satisfaits. Mais, ce que l'on souhaite, c'est vraiment qu'il y ait un gel total des rencontres de football le 5 mai, quel que soit le jour, un samedi ou un dimanche. On continuera à le demander aux instances du football."

En 2016, une plaque commémorative avait été inaugurée dans le hall d'entrée du ministère des Sports par Thierry Braillard, le secrétaire d'Etat délégué aux sports de l'époque, une étape vers la "reconnaissance nationale" du drame.



Laura Flessel participera cette année à une journée d'étude, organisée à Furiani par le collectif des victimes. Intitulée "Quand le football devient tragédies", elle rassemblera des témoins d'autres catastrophes comme celle du Torino et du Heysel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.