"Il s'est fait tuer pour que je vive" : l'otage sauvée par Arnaud Beltrame pense beaucoup à lui

"Il s'est fait tuer pour que je vive" : l'otage sauvée par Arnaud Beltrame pense beaucoup à lui
Le Super U de Trèbes, le 24 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 18h20

Caissière au Super U de Trèbes, la dernière otage de Radouane Lakdim est restée plus d'une heure avec le terroriste, sous la menace d'une arme à feu, rapporte ce lundi BFMTV/RMC. Libérée grâce à l'intervention du gendarme, elle reste "très choquée", selon ses collègues.

Hôtesse de caisse du Super U de Trèbes, Julie, 40 ans, est encore sous le choc de l'attaque survenue vendredi 23 mars, rapporte lundi matin BFMTV/RMC.

Employée depuis un an au Super U, cette mère de famille se trouvait sur les lieux lorsque Radouane Lakdim, 25 ans a fait feu en criant "Allah Akbar", tuant un salarié quinquagénaire du supermarché et un client, maçon retraité. Elle est restée plus d'une heure otage du terroriste, qui s'est décrit comme un "soldat" de l'État islamique.

Pendant 30 minutes, le terroriste lui a collé le canon de son arme sur sa nuque, selon BFMTV/RMC. "J'ai tué assez de monde... Je ne te ferai pas de mal", lui aurait-il assuré. La quadragénaire a raconté à ses collègues qu'elle a gardé son sang froid et coopéré "pour avoir toutes les chances de survivre". L'assaillant aurait tenté de justifier son acte, en parlant de Daech, de la libération de Salah Abdelslam, de ses 2 mois passé en prison et de sa haine des policiers. "Je veux tuer de l'uniforme", aurait-il dit, rapporte RMC.



L'otage affirme que le seul moment où elle a eu peur, c'est lorsque l'échange avec le lieutenant-colonel de la gendarmerie Arnaud Beltrame a eu lieu. Après près de 2h30 en tête-à-tête, le terroriste lui a tiré dessus, déclenchant l'intervention du GIGN. Le gendarme, qui aurait eu 45 ans en avril, a succombé à ses blessures samedi matin. "Il a donné sa vie pour moi, il s'est fait tuer pour que je vive", aurait déclaré Julie à ses collègues du supermarché. Depuis, elle reste "très choquée", ont expliqué ses collègues et pense beaucoup au gendarme.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU