"Il n'est en rien, ni dans la violence, ni dans la force" : Claire Chazal défend Patrick Poivre d'Arvor, accusé de viols

"Il n'est en rien, ni dans la violence, ni dans la force" : Claire Chazal défend Patrick Poivre d'Arvor, accusé de viols
Claire Chazal le 30 septembre 2016 à Paris.

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 12h35

L'ancienne collègue et compagne de PPDA a assuré que ce dernier souhaitait avant "tout charmer, être aimé, et non pas forcer".

Accusé de viols par l'écrivaine Florence Porcel, Patrick Poivre d'Arvor dément fermement, dénonçant des "affabulations". L'ancienne star du JT de TF1 est par ailleurs soutenu par ses anciens collègues Jean-Pierre Pernaut et Claire Chazal.

Invitée jeudi 4 mars de France Inter, cette dernière, qui fut également un temps sa compagne et avec qui elle a un enfant, l'a décrit comme un un "séducteur", "aimant multiplier les conquêtes féminines" mais "ni dans la violence, ni dans la force".




"Je trouve normal et bienvenu que les femmes parlent enfin", a expliqué dans un premier temps la journaliste. "Il y a des violences conjugales, contre les femmes, et bien souvent une impuissance financière, matérielle ou culturelle à se défendre, à se faire entendre. Je trouve essentiel que les choses puissent être dites un peu mieux et c'est peut-être même une révolution qu'il faut souligner", a-t-elle insisté. 

Néanmoins, elle "trouve regrettable que dans certaines affaires, des bourreaux supposés soient jetés en pâture devant le tribunal de l'opinion et même peut-être devant le tribunal médiatique". "Je suis pour la complexité des situations, pour l'écoute des deux parties et je trouve que, souvent, une seule voix est entendue", a-t-elle estimé.

"Ce qu'il aime avant tout, c'est séduire"

"Concernant Patrick, qu'évidemment je connais bien, je peux dire et même assurer que, bien qu'étant séducteur, aimant bien sûr conquérir, aimant même, peut-être, disons-le, multiplier les conquêtes féminines, il n'est en rien, ni dans la violence, ni dans la force", a poursuivi Claire Chazal. "Ce qu'il aime avant tout c'est séduire, convaincre, convaincre par la parole, par ce qu'il est, par son charme, par sa position aussi, pourquoi ne pas le dire... Mais l'amour est mystérieux", a-t-elle insisté. "Je pense qu'il y a même un orgueil chez lui qui fait que, évidemment, charmer, être aimé, c'est ce qu'il souhaite avant tout, et non pas forcer. C'est ce que je peux dire et ce que je sais de lui", a-t-elle ajouté.

Depuis le dépôt de plainte pour viols et l'ouverture de l'enquête préliminaire par le parquet de Nanterre, les témoignages sur le comportement inapproprié de PPDA se sont multipliés : il aurait uriné sur le canapé de Claire Chazal et se serait montré très insistant avec les femmes. "Concernant TF1, jamais les choses n'ont été ni même évoquées ni même imaginées dans cette tour où son bureau était au cœur de la rédaction et où chacun avait accès à ce bureau", a assuré la journaliste. 

La veille, Patrick Poivre d'Arvor se trouvait sur le plateau de Quotidien, sur TMC, pour se défendre, affirmant que les accusations de Florence Porcel étaient des "affabulations" et qu'il n'avait "jamais eu de rapports autres que professionnels, des rapports je le crois très cordiaux" avec cette dernière. "Jamais, je n'ai accepté une relation qui ne serait pas consentie, une relation qui serait forcée, que ce soit sentimentale ou sexuelle. Jamais de ma vie !", a-t-il assuré. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.