"Il m'est arrivé de gifler un frotteur dans le métro", raconte Valérie Pécresse

"Il m'est arrivé de gifler un frotteur dans le métro", raconte Valérie Pécresse

Valérie Pécresse à Paris, le 24 septembre 2017.

Orange avec AFP, publié le mardi 16 janvier 2018 à 11h40

VIDÉO - Les signataires de la tribune défendant une "liberté d'importuner" "ne doivent pas prendre souvent le métro", a-t-elle déclaré.

Dans une tribune publiée dans Le Monde, une centaine de personnalités défendaient la semaine dernière une "liberté d'importuner les femmes". Dans un passage spécicifique, les signataires invoquaient le droit pour une femme "de ne pas se sentir traumatisée à jamais par un frotteur dans le métro, même si cela est considéré comme un délit". Cette phrase était "maladroite, et plus que maladroite, elle était malvenue", a estimé mardi 16 janvier sur franceinfo, la président de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, qui a confié avoir elle-même déjà giflé un fotteur dans le métro.

Selon elle, la tribune est signée de femmes qui "ne doivent pas prendre souvent le métro".

"Je comprends l'esprit de la tribune, c'était de dire 'ne déclenchons pas la guerre des sexes en libérant la parole des femmes'. Je pense que là-dessus on est tous d'accord", a-t-elle dit. Mais "il faut appeler un chat un chat (...). Beaucoup de femmes se sentent en insécurité dans les transports en commun. Beaucoup de femmes se sentent salies et humiliées par ces gestes profondément déplacés de ces hommes qui se frottent contre elles". 

"La drague c'est sympa, la drague lourde c'est pénible, les frotteurs c'est glauque et ça doit être condamné, le harcèlement c'est invivable et le viol c'est un crime", a-t-elle insisté. "Dire ça, graduer les situations, ce n'est pas déclencher la guerre des sexe, ce n'est pas non plus émasculer les hommes. L'idée c'est quand même de rappeler la vraie vie des femmes", a ajouté la présidente de région. 

"Je n'ai pas honte et je le referais"

"Le sujet des frotteurs est un sujet: moi il m'est déjà arrivé de gifler un frotteur dans le métro et je n'en ai pas honte et je le referais", a-t-elle insisté, expliquant qu'il s'agissait de "quelqu'un qui avait essayé de mettre sa main sous (sa) jupe".

Elle a rappelé qu'une campagne "de sensibilisation" allait être lancée "avec la RATP et la SNCF" dans les transports en commun "pour lever l'omerta et faire en sorte qu'il y ait des vraies sanctions, des vraies amendes qui soient prononcées lorsqu'il y a des comportements déplacés". 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
73 commentaires - "Il m'est arrivé de gifler un frotteur dans le métro", raconte Valérie Pécresse
  • "Il m'est arrivé de gifler un frotteur dans le métro" .....
    Bravo, Madame !
    Je vous remercie de raconter une telle anecdote, répondant ainsi, par sous-entendu, à l'encontre d'une certaine Catherine - qui fut belle d'un seul jour - et qui, effectivement, ne doit pas connaître les inquiétudes et désagréments des femmes lors de leur déplacement avec les transports en commun .

    C'est un .... selfie ?

    Par une déontologie qui m'honore, je ne réponds jamais en .... (privé) !

    avatar
    donquirote  (privé) -

    entendez-vous dans nos campagnes, mugir lamarseillaise13 qui s'adresse à vous, chrono sans air

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    En lisant selfie 13, je lui trouve une ressemblance avec le caméléon : la longueur de la langue collante

    avatar
    akronous  (privé) -

    Votre générosité obstinée vous entraîne à donner à autrui ce qui vous appartient. C'est bel et bien en votre honneur que la marseillaise a retenti, donquirote sans jota.

    avatar
    donquirote  (privé) -

    c'est toujours avec beaucoup d'imagination que chrono (sans air) cultive ses réparties : "c'est pas moi, c'est toi, na !" ce que c'est que la culture des cours de récréation !

    avatar
    akronous  (privé) -

    Il est vrai que les cours de récréation, vous les avez fréquentées longtemps avant d'obtenir votre certificat d'études.

    avatar
    donquirote  (privé) -

    c'est une confirmation de chrono (sans air) : "c'est pas moi, c'est toi, na !" de tels débordements confinent à l'inondation

    avatar
    donquirote  (privé) -

    je ne cache pas être plutôt fier de mon certificat d'études primaires qui me permet de faire l'honneur de ma contradiction à quelque soi-disant savant en mal d'un prix nobel ou (et) du fauteuil d'immortel. aussi, modestement, j'ajoute : mdr

    avatar
    akronous  (privé) -

    Vous avez bien raison, donquirote sans jota ou avec, de trouver dans le certificat d'études primaires un sujet de fierté tout en restant exemplairement modeste. Même si je ne vois pas très bien pourquoi vous êtes mort de rire ( mdr ! ) - je vous avouerai que l'emploi de cette abréviation à la connotation triviale ou vulgaire me navre quelque peu) - , je me réjouis avec vous de ce bâton de maréchal que vous brandissez sans complexe, quand d'autres portent ce maigre diplôme comme un fardeau très lourd.
    Ils ont bien tort d'être complexés et de se compliquer la vie qui n'est déjà pas si simple. Tout passe en ce monde : le temps, la gloire, les hommes. Tout se fane et périt. Vanitas vanitatum omnia vanitas ! Tout disparaît un jour ( y compris les certificats d'études ! ) dans le néant du grand tout où résonne un ineffable désir d'éternité.

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    En voulant se donner des grands airs, selfie13 pourrait s'empoisonner avec sa langue. En effet, seulement parler de spécialité au CP, c'est ne rien connaître à l'école. Compris ?

  • Il faut apprendre aux jeunes femmes les ripostes du close-combat un coup de talon aiguille sur les pieds et un coup de genou dans les C...+ un revers dans la figure avec l'avant bras

  • Normal ...qu'elle n'ai pas honte de son geste ( de gifler un " frotteur " dans le métro )...
    Et , en plus , il n'y a pas non plus , à ...avoir honte ...de prendre ...le métro .

  • Elle se déplace en métro parce que l'autobus c'est trop polluant et il y a moins de frotteurs dans les autobus.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]