Huit sans-abris morts en Ile-de-France depuis le 1er janvier

Huit sans-abris morts en Ile-de-France depuis le 1er janvier

Un sans-abri assis à un carrefour parisien le 24 décembre 2017

AFP, publié le mardi 13 février 2018 à 17h20

Huit personnes sans-abris sont mortes, cinq à Paris et trois dans des départements d'Ile-de-France, depuis le 1er janvier 2018, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture de région.

A la même période en 2017, on dénombrait dix décès de SDF, quatre à Paris et six dans les autres départements de région parisienne.

Lundi, une femme sans domicile fixe d'une soixantaine d'années a été retrouvée morte dans une rue du IXe arrondissement de Paris, à deux jours du tout premier recensement de sans-abris lancé par la Mairie de Paris. 

"La mort d'une femme ou d'un homme dans la rue ou ailleurs, c'est toujours un drame, et encore plus lorsque cette femme ou cet homme se retrouve dans la solitude et dans la misère", a déclaré mardi le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, lors de la séance de questions au gouvernement.

Le Samusocial de Paris, qui gère le numéro d'urgence pour les personnes sans-abris (115), estime qu'à Paris, entre 2.500 et 3.000 personnes dorment chaque nuit dans la rue ou dans des lieux non prévus pour l'habitation (parkings, halls d'immeubles ...). Mais il n'existe à ce jour aucun décompte officiel du nombre de personnes sans-abris, les associations se fondant sur des estimations faites grâce à leur travail de maraudes. 

Fin janvier, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, avait créé la polémique en affirmant que seuls 50 hommes isolés avaient dormi dans la rue la nuit précédente, avant de revenir sur ses propos.

"Le gouvernement a mis des moyens qui n'ont jamais été égalés à ce jour par rapport à cette difficulté", a souligné mardi M. Mézard, rejetant toute querelle de chiffres.

A Paris, 16.000 places d'hébergement d'urgence sont ouvertes toute l'année, 1.500 depuis le 1er décembre et jusqu'au 31 mars dans le cadre du plan hivernal, et 200 places supplémentaires ont été ouvertes le 5 février dans le cadre du plan "grand froid".

"La réalité, c'est que nous faisons plus, qu'il y a encore des personnes dans la rue, qu'il y a en a trop, et que nous allons continuer ce combat commun avec les collectivités, avec nos concitoyens", a conclu le ministre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
14 commentaires - Huit sans-abris morts en Ile-de-France depuis le 1er janvier
  • mais tout est fait pour qu'il y ait de plus en plus de personne dans la rue ! on nous ponctionne un peu plus tous les jours, jusqu'au jour où il faut faire des choix : un logement où on meurt de faim, ou la précarité ?
    mais pendant ce temps là, notre 1er ministre dépense 350.000€ d'avion pour gagner 2h, et on paye des footeux 16500€ de l'heure !!!! cherchez les erreurs !
    et on continue d'accueillir des migrants en grande quantité en les attirant avec des conditions alléchantes, payées par ceux qui vont bientôt se retrouver SDF à leur tour !

  • Finalement, rien ne change. Du temps de l.ancien gouvernement rien n.a été réglé. Nous avons changé de président et nous en sommes toujours au même point. Pourtant Monsieur Macron avait dit qu’il n.y aurait plus de sdf dans la rue......Pure promesse électorale non tenue , comme toutes les autres d.ailleurs . Je suis d.accord qu.il faille aider les migrants mais il faut faire la même chose pour les français sdf, ce qui n’est
    malheureusement pas le cas.Mais c.est plus facile de faire des cadeaux aux riches en taxant un Max les salariés moyens et les retraités moyens. Je trouve que Monsieur Macron est méprisant envers les salariés moyens. De toute façon, il y a toujours autant d.engreprises qui,licencient . C.est vrai que maintenant avec la loi travail, l’entreprise a tout pouvoir.

  • Des SDF meurent dans la rue, d'autres gens accueillis à bras ouverts bien au chaud et bien nourris! Les loyers sont trop élevés, les travailleurs sont de plus en plus nombreux, à ne gagner que le SMIC et un F3 en province se loue plus de la moitié du SMIC. Bref, ça va finir par exploser!

  • Mais puis que le gouvernement vous dit que ces gens ont choisi la rue ! C'est inhumain.

  • Donc selon de savants calculs avec le chiffre de 50 fourni pas un certain membre du gouvernement, il ne devrait plus en rester que 42. Encore 1 ou 2 périodes glacées et Jupiter aura eu raison : plus aucun SDF dans la rue cet hiver, tous au cimetière..

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]