Hubert Germain, dernier survivant des Compagnons de la Libération

Chargement en cours
Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, assiste aux funérailles de Daniel Cordier aux Invalides, le 26 novembre 2020 à Paris
Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, assiste aux funérailles de Daniel Cordier aux Invalides, le 26 novembre 2020 à Paris
1/7
© AFP, Michel Euler, POOL

publié le jeudi 17 juin 2021 à 10h09

Le dernier Compagnon de la Libération Hubert Germain, qui commémorera vendredi l'Appel du 18 juin avec Emmanuel Macron, a vécu la débâcle de l'été 1940 à Bordeaux, où il passait le concours d'entrée de l'Ecole navale. 

"Au bout de cinq minutes je me suis dit +Mais qu'est-ce que tu fais là ?+", confiait-il à l'AFP en 2017. "Je me suis levé en disant à l'examinateur: +Je pars faire la guerre+".

Dans le port de Saint-Jean-de-Luz, le jeune homme trouve l'Arrandora Star, qui s'apprête à convoyer des soldats polonais vers l'Angleterre. Il monte à bord avec trois camarades et arrive à Londres le 24 juin 1940.

Né le 6 août 1920 à Paris, fils d'un général des troupes coloniales, l'ancien colosse de 1m90 est âgé de près de 101 ans. Il est en fauteuil roulant et ne quitte plus sa chambre médicalisée des Invalides. 

Il est aujourd'hui tout entier tourné vers cette cérémonie du Mont-Valérien. "Le 19, adieu !" glisse-t-il à ses visiteurs, selon Le Parisien.

Il y a 81 ans, ce n'est pas l'Appel du 18 juin qui l'a décidé. "On ne va pas recommencer ce cinéma-là, personne ne l'a entendu, l'appel ! (...) On a tous entendu ce laïus effrayant du maréchal Pétain, disant qu'il fallait terminer la guerre et déposer les armes. Ça a été un choc".

Le souvenir de sa première rencontre avec de Gaulle, cet été-là, est intact : "Il s'arrête un instant, me regarde et me dit: +Je vais avoir besoin de vous+. Quand, à 18-19 ans, vous vous ramassez ça en pleine figure, dans le désastre général qui est là, il y a quelque chose qui vous émeut profondément".

Engagé dans les premiers au sein des Forces françaises libres (FFL), Hubert Germain est affecté sur un cuirassé, où il suit les cours d'élève officier de marine. 

La journée, il étudie entre les alertes, la nuit il participe à la défense antiaérienne contre les raids allemands.

Au printemps 1941, il rejoint en Palestine la 1ère division française libre destinée à combattre au Levant. Il intègre ensuite la Légion étrangère et combat en Libye. 

- "Les braises ardentes" -

"Enfant, je me disais que c'est ce que je devais toujours rechercher dans ma vie : le plus difficile", confiait-il dans "Espérer pour la France", un livre d'entretiens avec Marc Leroy paru en 2020. Chef de section antichars, il se distingue lors de la bataille de Bir-Hakeim en juin 1942 et est cité à l'ordre de l'armée. 

Il combat ensuite en Egypte (El Alamein), en Tunisie et débarque en Italie. Blessé à Pontecorvo, il est évacué sur Naples, où il est décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle fin juin 1944.

Il participe au débarquement de Provence en août 1944. Arrivé sur la plage, il tombe dans le sable et "pleure comme un enfant" : "J'avais retrouvé mon pays". 

Puis il combat pour la libération de Toulon, de la vallée du Rhône et de Lyon, prend part aux campagnes des Vosges, d'Alsace et termine la guerre dans le sud des Alpes.

Nommé aide de camp du général Koenig, commandant les forces françaises d'occupation en Allemagne, le lieutenant Germain est démobilisé en 1946.

Le voilà attaché de direction dans une entreprise de produits chimiques, avant d'être élu maire de Saint-Chéron (Essonne) en 1953, mandat qu'il conserve jusqu'en 1965.

Devenu député de Paris en 1962, il est ministre des PTT de 1972 à 1974 et brièvement ministre chargé des relations avec le Parlement, en 1974. Il dirige ensuite la Société française de télédistribution.

"Nous étions les braises ardentes et l'Ordre de la Libération s'est donné pour mission de garder ces braises ardentes en témoignage de cette époque", dit-il à propos de cet ordre, fondé par le général de Gaulle. 

"Voilà mon rôle pour le peu de temps que j'ai à vivre encore : à tous les jeunes qui aspirent à travailler pour une France belle forte, saine, je suis apte à leur en donner un message".  

Seules 1.038 personnes ont reçu le titre de compagnon de la Libération. Hubert Germain, dernier survivant, sera inhumé au Mont-Valérien, lieu de martyre de la Résistance. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.