Hôpitaux : un "No bed challenge" pour alerter sur le manque de lits

Hôpitaux : un "No bed challenge" pour alerter sur le manque de lits
Certains urgentistes recensent désormais en temps réel le nombre de patients qui ont passé la nuit sur un brancard faute de lit disponible.

Orange avec AFP, publié le jeudi 15 mars 2018 à 10h30

Depuis le début de l'année 2018, de nombreux médecins urgentistes décomptent sur internet le nombre de patients qui passent la nuit sur un brancard, faute de lits suffisants aux urgences. Nom de l'opération : "No bed challenge".

Ce défi doit permettre "d'identifier et de mettre en avant les établissements qui ont réellement pris en compte l'aval des Urgences (il y en a !) et surtout ceux qui restent passifs dans la situation inacceptable actuelle", est-il expliqué sur le site Samu-urgence.

Selon un décompte publié sur ce site, près de 15.000 patients auraient passé la nuit sur un brancard aux urgences entre le 1er janvier et le 9 mars.

À la fin de chaque semaine, comme à la fin de chaque mois, les 10 "meilleurs" élèves et les 10 plus "mauvais" sont révélés sur le site. La pire journée depuis janvier ? La nuit du 13 au 14 mars, où les médecins ont recensé 287 personnes contraintes de dormir sur un brancard.



Le "bad" (mauvais) du mois de mars a ainsi été décerné au service des urgences du centre hospitalier Jacques-Cœur, à Bourges (Cher). Le "gagnant", donc celui qui a eu le moins de problèmes de lits manquants, est le service des urgences adulte du groupe hospitalier Sud Réunion, à Saint-Pierre (La Réunion).



"Nous ne pouvons, nous ne devons plus accepter la maltraitance des patients, la surcharge des Urgences étant, et ceci est largement prouvé, responsable d'une augmentation de la mortalité", explique le site.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU