Hôpitaux: mille médecins et cadres de santé sonnent l'alerte

Hôpitaux: mille médecins et cadres de santé sonnent l'alerte

Un collectif de mille médecins hospitaliers et cadres de santé s'alarme de la "nouvelle cure de rigueur budgétaire" imposée aux hôpitaux, dénonçant une "baisse de la qualité des soins", dans une tribune ...

AFP, publié le mardi 16 janvier 2018 à 11h51

Faire "toujours plus avec toujours moins": un collectif de mille médecins hospitaliers et cadres de santé s'alarment de la "nouvelle cure de rigueur budgétaire" imposée aux hôpitaux, dénonçant une "baisse de la qualité des soins", dans une tribune publiée mardi par le quotidien Libération.

Avec 1,6 milliard d'euros d'économies à réaliser en 2018, le budget des hôpitaux n'augmentera que de 2%, soit moitié moins que leurs charges, rappellent les signataires de la tribune lancée par les professeurs André Grimaldi, Jean-Paul Vernant et le docteur Anne Gervais. 

"Les hôpitaux sont donc condamnés à augmenter sans cesse leur activité tout en réduisant le nombre de leurs personnels", expliquent-ils. 

"Ce +toujours plus avec toujours moins+ entraîne une dégradation des conditions de travail, provoquant épuisement et démotivation des soignants et en conséquence, une baisse de la qualité des soins", estiment les professionnels hospitaliers.

Saluant la volonté de la ministre de la Santé Agnès Buzyn de revoir le mode de financement des hôpitaux, qui repose sur la tarification à l'activité (T2A) et a, selon les propos de la ministre, "fait croire à l'hôpital public qu'il devait se sentir une âme d'entreprise", ils exposent leurs "cinq conditions" à "l'amélioration de la pertinence des soins". 

Limitation de la T2A "aux soins standardisés et programmés", "stabilité des tarifs correspondant aux coûts réels", introduction d'autres de modes de financement (prévue par le gouvernement et déjà engagée par le précédent) font ainsi partie de leurs revendications. Comme le maintien dans chaque unité de soin d'un "taux de soignants présents" ou un regroupement "pertinent" de l'activité selon les territoires.

"François Hollande avait promis l'abandon du +tout-T2A+, Emmanuel Macron a fait la même promesse", rappellent les signataires. "Il faut maintenant agir vite avant qu'il ne soit trop tard !", insistent-ils.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
37 commentaires - Hôpitaux: mille médecins et cadres de santé sonnent l'alerte
  • En qualité de patient d'Hôpital depuis deux mois (et ce n'est pas la première fois à 78 ans) , je ne peux qu'être solidaire des soignants en grogne dont le dévouement est exemplaire.

    j ' ai été IDE durant 40 ans et maintenant je suis patiente , l'âge passant , je suis solidaire des médecins et IDE !!!!!
    Il est grand temps de sauver l'HOPITAL PUBLIC !!!!! c'est plus qu 'URGENT !

  • il est urgent que l'état se préoccupe des manques de moyens dans es hôpitaux mais ce qui est grave aussi ce sont le manque de médecin traitant dans les campagnes on ne trouve plus de médecins qui veulent prendre de nouveaux patients, personnellement mon médecin traitant est parti et je n'en trouve pas, que faire ? j'ai déjà passé nombreux appels téléphoniques mais en vain..............

  • il est urgent que l'état se préoccupe des manques de moyens dans es hôpitaux mais ce qui est grave aussi ce sont le manque de médecin traitant dans les campagnes on ne trouve plus de médecins qui veulent prendre de nouveaux patients, personnellement mon médecin traitant est parti et je n'en trouve pas, que faire ? j'ai déjà passé nombreux appels téléphoniques mais en vain..............

  • On comprends pourquoi le déficit de la France est en baisse. Avec ce gouvernement seule importe la comptabilité. L'humanité n'est pas son fort, c'est bien connu l'humanisme n'est pas "rentable" bien au contraire.

  • A ST-LO,la presse affiche "Hôpital en déficit !" Depuis 1983 et le forfait hospitalier socialiste ,l'hôpital public est en quasi faillite...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]