Hommage à Samuel Paty : des barrières et plots de chantier lancés sur des enseignants à Nantes

Hommage à Samuel Paty : des barrières et plots de chantier lancés sur des enseignants à Nantes
Photo d'illustration

publié le lundi 02 novembre 2020 à 18h22

Ce lundi 2 novembre, un hommage a été rendu dans les établissements scolaires à Samuel Paty, le professeur d'histoire tué lors d'une attaque terroriste.

Une rentrée sous haute tension. Ce lundi 2 novembre, les élèves ont repris le chemin des bancs de l'école, avec un protocole sanitaire renforcé afin de lutter contre la propagation du Covid-19.

Ce lundi également, un hommage à Samuel Paty a été organisé dans les établissements, 15 jours après l'attaque terroriste qui a tué ce professeur d'histoire. Selon France Bleu Loire Océan, une trentaine d'individus cagoulés ont fait irruption devant le lycée Gaspard Monge La Chauvinière, à Nantes, et pris pour cible des membre de l'Education nationale.



Selon nos confrères, la bande a jeté "des projectiles tels que des barrières et plots de chantier" avant de "tenter de bloquer les entrées du lycée". "Deux bouteilles d'acide et un sachet contenant un liquide inflammable ont été découverts à proximité du lycée", a ajouté France Bleu. L'intervention de la police n'a permis d'interpeller qu'une seule personne.

Un jeune homme de 18 ans, connu des services de police, a été placé en garde à vue pour "participation à un attroupement violent et recel de vol". Une enquête a été ouverte. Pour le rectorat de l'académie de Nantes, il s'agit d'"un événement majeur et exceptionnellement grave qui n'est pas anodin", citent encore nos confrères.

Une minute de silence respectée

Pour honorer la mémoire de Samuel Paty, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer se sont rendus dans le collège de Conflans-Saint-Honorine (Yvelines) où enseignait le professeur d'histoire.


Après avoir écouté la lecture, par trois élèves, de la lettre aux enseignants de Jean Jaurès, ils ont observé une minute de silence. "Ici, Samuel Paty apprenait à chaque enfant de la République à devenir un citoyen libre. Pour lui, pour notre pays, nous continuerons. C'est notre honneur et notre devoir", a écrit le Premier ministre sur Twitter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.