Hommage à Johnny : Philippe Labro révèle les dernières secondes du chanteur

Hommage à Johnny : Philippe Labro révèle les dernières secondes du chanteur©Panoramic

6Medias, publié le samedi 09 décembre 2017 à 15h55

Une prise de parole poignante. L'écrivain et journaliste Philippe Labro a été la première personne à s'exprimer en l'église de la Madeleine lors des funérailles de Johnny Hallyday.

Lors de son allocution, l'homme de lettres a révélé les dernières secondes de la vie du chanteur disparu. "Laeti­cia m'a confié, lorsqu'il est tombé au sol du bureau trans­formé en chambre d'hô­pi­tal, il a levé les yeux au ciel et puis il s'en est allé. Voilà, il n'est plus là. Il est parti et une immense partie de toutes nos histoires à nous tous et toutes, ici et ailleurs, est partie avec lui", a rapporté Philippe Labro.



Avant d'ajouter ensuite : "Il a levé les yeux au ciel. On pense à la phrase finale d'un film de Robert Bres­son que Johnny Hally­day aurait pu prononcer: Quel drôle de chemin il m'a fallu prendre pour parve­nir jusqu'à toi".

Pendant sa prise de parole, Philippe Labro a rappelé combien Johnny Hallyday était "un alchimiste, un voyageur, un aventurier, un combattant, un caméléon, un athlète, un artisan, un artiste, un fédérateur, un inventeur, un solidaire, un rockeur, un amoureux, un biker, un généreux, un père par deux fois, un enfant dans un corps d'adulte, un adulte aux yeux d'enfants".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
115 commentaires - Hommage à Johnny : Philippe Labro révèle les dernières secondes du chanteur
  • ce qu'il y a de malheureux lorsque une personne meurt tout le monde et beaucoup d'hypocrite trouvent le moyen d’honorer le défunt surtout en politique !!!!!!!!!!

  • Je suis souvent allé à ses concerts mais toute cette démesure me choque

  • Triste pour les deux petites.

  • Triste pour les deux petites.

  • Dans tout cela la seule chose qui me gène, c'est les articles de ces hyènes de journalistes qui se servent de son décès pour se faire du fric !