Hérault : un salarié d'une filiale de La Poste licencié pour 3 minutes de retard dans une livraison

Hérault : un salarié d'une filiale de La Poste licencié pour 3 minutes de retard dans une livraison

Un centre de tri de La Poste à Lesquin, dans le Nord, le 26 septembre 2013 (image d'illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 25 janvier 2017 à 13h40

Après l'heure, ce n'est plus l'heure. Un des salariés de la société DPD, qui gère la livraison de colis pour le compte de La Poste, a récemment été renvoyé au motif qu'il avait remis un colis à son destinataire avec 3 minutes de retard.

Depuis plusieurs mois, le malaise grandit au sein des salariés.

Les licenciements, ruptures conventionnelles et accidents du travail se font toujours plus nombreux, comme le relate France Info dans un article publié mardi 24 janvier. Les syndicats ont haussé le ton pour dénoncer la pression mise sur les employés de DPD à Mauguio, dans l'Hérault.

La CGT a ainsi fustigé une "politique de la terreur" qui règne dans la plateforme. "Tout est fait pour broyer le personnel", a déclaré un représentant syndical au micro de France Bleu. Dans une optique de réduction des coûts, le personnel a diminué de moitié alors que l'activité augmentait. Le site de Mauguio ne compte plus que six chauffeurs-livreurs.

DE 80 À 200 COLIS PAR JOUR

Peu à peu, les employés laissent la place à des sociétés externes de sous-traitance. Pour les salariés qui sont encore présents, les cadences augmentent et deviennent difficilement tenables. Julie Derudnicki, avocate de quatre salariés de Mauguio, parle de méthodes managériales inacceptables. "On passe de 80 à 200 colis à livrer dans la même journée. Ça débouche forcément sur des accidents", a-t-elle expliqué. C'est le cas de Tony Fougère, chauffeur-livreur qui a été victime d'un lourd accident, le 28 janvier 2015. "À cause du poids des colis, mon dos a lâché. Je suis paralysé de la jambe définitivement et la direction a refusé de continuer à me payer pendant plusieurs mois." Le salarié, qui doit depuis porter une prothèse de jambe, raconte que son employeur a dans un premier temps refusé de déclarer l'accident de travail.

Contactée par France Bleu, la direction de l'entreprise n'a pas souhaité faire de commentaire. En deux ans, DPD a connu 19 accidents du travail, 87 licenciements, 39 démissions et plus d'une vingtaine de ruptures conventionnelles sur un total de 1.500 employés, selon les chiffres fournis par la CGT.

 
31 commentaires - Hérault : un salarié d'une filiale de La Poste licencié pour 3 minutes de retard dans une livraison
  • comme dirait Anne ,On ne nous dit pas tout !!!

  • C'est normal nous sommes sous un régime socialiste associai qui ne prend jamais en compte l'humain ?
    Exemple les passages en force de l'ex premier ministre sur la loi du travail bafouant la France et les français ?
    A part la CGT que disent les syndicats dont celui maison la CFDT ?

  • la poste ferait mieux de regarder chez elle, pour exemple! un courrier de mon assurance part de chez eux le 4/01/17, la poste le tamponne le 5/07/17 le courrier passe en plateforme! donc le courrier passe sous des rouleaux et la bloquer dans la machine et courrier déchirer en plein milieu! et j'ai quand meme reçu mon courrier dans une grande poches en plastique le 22/01/17 avec le texte qui me disait tous simplement que le courrier avait eu un probleme lors de sont passage en machine de trie et que cela arrivait rarement! je peu etre d'accord avec eux ca arrive, mais les excuses devaient etre en options! donc ce courrier a mit 18 jours pour arriver en lambeau! alors pour le pauvre gars qui a 3 minutes de retard, ils pourraient laisser couler car ils ne sont pas mieux!!!!

  • bof on ne sait pas tout surement Tout ceci manque cruellement de precision!!!!il est facile de faire un article bien orienté

  • Après, on s'étonne que les ouvriers cassent la gueule à la hiérarchie.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]