Hautes-Pyrénées : une infirmière condamnée pour avoir falsifié près de 200 ordonnances

Hautes-Pyrénées : une infirmière condamnée pour avoir falsifié près de 200 ordonnances
Une ordonnance rédigée par un médecin (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le samedi 05 mai 2018 à 17h38

Dépendante aux anxiolytiques, elle ne pourra plus jamais exeercer en tant qu'infirmière.

Une infirmière de Lannemazan, dans les Hautes-Pyrénées, a été condamnée pour avoir falsifié près de 200 ordonnances en seulement deux ans afin de se procurer les médicaments dont elle était dépendante, rapporte La Dépêche du Midi.

Les faits se sont déroulés de 2015 à 2017 jusqu'à ce qu'une pharmacienne découvre la supercherie. Ne reconnaissait pas l'écriture d'un médecin sur une ordonnance que lui avait donné le fils de l'infirmière, elle a alerté le praticien qui a compris que son identité avait été usurpée.

Interdiction définitive d'exercer le métier d'infirmière

L'enquête démontre que l'infirmière allait même jusqu'à faire des ordonnances pour les membres de sa famille, dont son mari, mais aussi que des cartes Vitales de patients hospitalisés avaient été subtilisées pour ouvrir des comptes dans diverses pharmacies.

Pour sa défense, l'accusée a expliqué qu'elle était devenue dépendante aux anxiolytiques et autres somnifères depuis la mort de son frère et de son père. Les médecins lui avait bien prescrit des médicaments mais la dose n'était plus suffisante pour elle.



L'infirmière a été condamnée à 1 an de prison avec sursis ainsi qu'à une mise à l'épreuve de 2 ans, à une obligation de soins et à une interdiction définitive d'exercer le métier d'infirmière. Elle devra verser 1 euro symbolique aux patients dont elle a utilisé la carte Vitale et 273 euros à la CPAM des Hautes-Pyrénées.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU