Haute-Corse : la procureure de Bastia menacée de mort

Haute-Corse : la procureure de Bastia menacée de mort
Le port de Bastia, photo d'illustration.

Orange avec AFP, publié le jeudi 10 mai 2018 à 19h07

Des menaces ont été taguées sur le mur du tribunal de grande instance. Ses auteurs risquent jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende.

Une enquête à été ouverte à Bastia après la découverte jeudi matin de tags menaçant la procureure de la République sur un mur extérieur du tribunal de grande instance, comme on peut le voir sur une photo de France Bleu RCFM :



Le nom de la procureure, Caroline Tharot, a été tagué, ainsi que le sigle "IFF" ("I Francesi Fora", "les Français dehors" en langue corse), et "le dessin classique" donnant le choix entre "une valise et un cercueil", a précisé une source proche du dossier.

Les inscriptions, à la bombe de peinture, s'étalent sur environ 25 mètres.

Des mesures de sécurité accrues

Le parquet a ouvert une enquête pour "menaces de mort" envers un magistrat, une infraction passible de 10 ans de prison et de 150.000 euros d'amende si elle est commise pour peser sur son action, et dégradation d'un bâtiment public, a précisé le procureur général de Bastia, Franck Rastoul, lors d'une conférence de presse.

"L'institution judiciaire ne peut pas être menacée, et ne travaille pas sous la menace. Si menaces il y a, elles sont inopérantes sur son action, et si elles avaient un seul effet, ce serait de renforcer sa détermination", a-t-il poursuivi.



Ces tags, "assez traditionnels" en Corse, où d'autres magistrats avaient déjà été visés de la même manière, ont été découverts par le substitut de permanence au parquet de Bastia. Le prédécesseur de Caroline Tharot avait lui-même été cible de menaces. La procureure de la République de Bastia, devrait bénéficier de mesures de sécurité accrues.

La sûreté départementale a été saisie de l'enquête, qui pourra notamment s'appuyer sur les images de vidéo-surveillance pour déterminer un lien éventuel avec une enquête en cours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.