Hausse des prix du tabac : le calendrier décidé par le gouvernement

Hausse des prix du tabac : le calendrier décidé par le gouvernement
Le prix d'un paquet de cigarettes va augmenter d'un euro dès 2018.

Orange avec AFP, publié le mardi 19 septembre 2017 à 08h00

Le gouvernement a tranché et établi un calendrier pour la hausse prévue des prix du tabac. On savait déjà que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, poussait pour que le coût d'un paquet de cigarettes augmente de 3 euros dans les années à venir.

Son vœu semble avoir été exaucé par le gouvernement, selon Les Échos du mardi 19 septembre.


Un conseiller ministériel, cité par le quotidien économique, assure qu'une annonce est "imminente". Voici ce qu'elle va contenir : le hausse du paquet de cigarette sera d'un euro dès 2018, puis de 50 centimes tous les 6 mois en 2019 et 2020. Une solution issue d'un compromis entre le ministère de la Santé et celui des Finances, qui craint la baisse des recettes fiscales. Ce calendrier, déjà évoqué sur BFMTV la semaine dernière, permettrait en effet de limiter les pertes. Avec la première hausse d'un euro, les buralistes prédisent une chute des ventes entre 22 et 25%. Les hausses de 50 centimes seront plus faciles à absorber pour les fumeurs et permettraient à l'État de gagner des recettes fiscales et de rattraper celles de 2018. Le manque à gagner sur les taxes se chiffrerait en effet à 700 millions d'euros.

LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE

Malgré l'adoucissement de la hausse, cette dernière reste de 40% en trois ans. Le Premier ministre Édouard Philippe avait évoqué, dans son discours de politique générale, la possibilité que la hausse soit répartie sur l'ensemble du quinquennat, rappelle Les Échos. Mais l'impact sur le nombre de fumeurs aurait été moindre.

Par ailleurs, le ministre du Budget et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé lundi matin sur BFMTV qu'un "plan de lutte contre la contrebande et le trafic illicite de tabac serait présenté la semaine prochaine", afin de "renforcer considérablement" cette lutte. Une manière de ménager les buralistes, qui se plaignent régulièrement des pertes engendrées par les marchés parallèles.

Malgré de fortes hausses des prix depuis 2003, 28% des Français fument quotidiennement, avance Les Échos. Le tabagisme est la première cause de décès évitable en France.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU