France

Guerre en Ukraine : les députés mettent leur nez dans l’aide militaire française

© Schulze Philipp/DPA/ABACA - L'Allemagne a annoncé la livraison de chars Leopard 2 à l'Ukraine.

En plein débat sur la réforme des retraites, les députés ont également un œil sur l’aide militaire apportée à l’Ukraine par l’État français. Une mission d’information à ce sujet a d’ailleurs été lancée, d’après les informations d’Europe 1, jeudi 16 février.

Dans quelle mesure l’aide militaire apportée à l’Ukraine impacte-t-elle la France ? C’est la question qui taraude l’Assemblée nationale. Selon les informations d’Europe 1, jeudi 16 février, une mission d’information a été initiée par Thomas Gassilloud, président de la commission de la défense et des forces armées à l’Assemblée nationale. Son objectif : évaluer l’impact économique mais aussi matériel que peut avoir sur la France l’aide apportée à Kiev par Paris. En gros, la mission veut y voir plus clair dans le soutien français à l’Ukraine.

“Nous nous y intéressons dans le cadre de notre mission de contrôle, car ce soutien est important. On parle aujourd’hui d’un soutien de 1 à 2 milliards d’euros”. Europe 1 évoque un montant de 1,7 milliard d’euros, bien qu’il ne soit pas confirmé par l’Élysée. Dans tous les cas, un certain montant d’argent public est investi dans cette aide à Kiev.

Un coût difficilement estimable

Au-delà du soutien économique, c’est également le soutien matériel qui interroge le député Renaissance : “Il faut qu’on analyse la capacité à assumer ce soutien dans la durée et les impacts que ce soutien peut avoir sur nos propres forces armées.” Depuis le début du conflit, la France a fourni près d’une vingtaine de canons Caesar et six canons TRF1, entre autres, d’après l’Express.

Outre les armes, il y a également toute la stratégie déployée à évaluer, comme le renseignement fourni. "Les gendarmes ont par exemple documenté les crimes de guerre, il peut y avoir du soutien logistique”, explique l’élu à Europe 1. Soutien logistique qui, d’ailleurs, a également un coût difficilement quantifiable. Cette mission d’information rendra son verdict d’ici l’été prochain.

publié le 16 février à 12h15, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux