Guadeloupe: la ministre de la Justice dévoile l'extension de la prison de Baie-Mahault

Guadeloupe: la ministre de la Justice dévoile l'extension de la prison de Baie-Mahault
Le centre pénitentiaire de Baie-Mahault, le 3 juillet 2016 en Guadeloupe

AFP, publié le jeudi 02 mai 2019 à 11h25

En déplacement en Guadeloupe, la garde des Sceaux Nicole Belloubet, a déploré mercredi la surpopulation du centre pénitentiaire de Fond Sarail, à Baie-Mahault, dont elle a présenté le projet d'extension.

Dans cette prison, deux détenus se sont donné la mort par pendaison sur les quinze derniers jours, portant à trois le nombre de suicides en milieu carcéral dans le département en avril.

Dans cet établissement, le manque de place est "manifeste", a indiqué Nicole Belloubet, à l'issue de la visite du centre pénitentiaire. D'une capacité de 480 places, ce site accueille 730 détenus. Certaines cellules pour quatre personnes comptent jusqu'à neuf couchages.

"La surpopulation empêche de prendre en compte du mieux possible le parcours des détenus pour les conduire vers une sortie qui ne soit pas récidivante", a estimé la ministre de la Justice.

Avec un budget de 56,2 millions d'euros, le projet d'extension augmentera la capacité de 340 places et devrait être livré en 2023.

Durant sa visite, la ministre de la justice s'est également inquiétée de la réinsertion et du manque de formateurs.

"Pour se réinsérer, il faut un logement et du travail. Pour avoir du travail, il faut bien souvent que les gens suivent une formation en détention, donc nous devons mettre cela en place", a poursuivi Nicole Belloubet.

À l'issue de sa visite, elle s'est entretenue avec les représentants syndicaux pour aborder notamment les questions de sécurité.

"Il y a un manque d'effectif et de reconnaissance. Il faut rendre le quotidien des agents plus sécuritaire et faire que cette profession soit plus valorisante", a déclaré Joël Gavaly, secrétaire FO Pénitentiaire.

Concernant le projet d'extension, les syndicats se disent "sceptiques". "On nous parle de 2023, mais il peut y avoir des délais. Nous serons vigilants", a ajouté Joël Gavaly.

La CGT a boudé cette rencontre, programmée un 1er mai. "C'est un manque de respect total, le jour de la fête du travail. Je ne veux pas participer à cela", a expliqué Éric Pétilaire, délégué CGT Pénitentiaire.

Nicole Belloubet est en visite en Guadeloupe jusqu'à jeudi soir. Elle doit inaugurer le nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre avant de se rendre à Basse-Terre pour visiter la maison d'arrêt, où elle présentera également un projet d'extension.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.