Grosse frayeur dans un lycée d'Albi

Grosse frayeur dans un lycée d'Albi©Google Street View

6Medias, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 20h28

Ils ont cru à une attaque terroriste. Ce mercredi matin, au lycée Sainte-Cécile d'Albi, plusieurs élèves et professeurs ont été pris de quintes de toux simultanées, entrainant l'évacuation de tout l'établissement, révèle La Dépêche.

Il était presque 10 heures ce mercredi lorsqu'en plein cours, plusieurs élèves et enseignants du bâtiment A se sont mis à tousser.

Après le déclenchement d'une alarme, tout le bâtiment a été d'urgence évacué. "Depuis le début de l'année, on en est à deux entraînements pour des exercices intoxication, attentat ou incendie. On s'est tourné vers la prof de physique-chimie qui nous a dit que ce n'était pas un entraînement. La police, les pompiers et le SAMU sont venus. On a tous été évacués vers le bâtiment B", raconte au quotidien une élève de terminale ST2S.

Au total, 15 élèves et 2 professeurs ont été pris en charge par les secours. Quatre lycéens ont dû être hospitalisés à l'hôpital d'Albi pour subir des examens complémentaires. Pour l'heure les causes de ces toux restent inexpliquées. Des prélèvements ont été réalisés dans tout l'établissement, "tous sont revenus négatifs", s'est félicitée la directrice du lycée, Béatrice Taurand. Le dispositif a été levé à 12h45, mais des expertises vont se poursuivre pour tenter de découvrir les causes de l'incident.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
23 commentaires - Grosse frayeur dans un lycée d'Albi
  • Une blague des potaches, peut-être ?

  • Hé hé !!! Quand j'étais petit (11 ou 12 ans) j'ai écrasé une boule puante dans une salle du collège. Les ouvriers d'Etat sont arrivés en salle de travaux manuels avec du savon noir et un pinceau pour trouver ... la fuite de gaz en barbouillant tous les tuyaux possibles (j'en souris encore). A l'époque c'était passible du conseil de discipline et d'un renvoi de quelques jours à la clé (ce qui m'a évidemment dissuadé de me "dénoncer"). Aujourd'hui on casse la gueule aux pions et enseignants...Cherchez l'erreur ! Le balancier de la "répression", autrefois lancé si haut (1967 par des enseignants tout puissants, parfois à la limite du sadisme et pourtant très marqués à gauche ou à l'extrême-gauche), n'est-il pas remonté trop loin à contresens vers le laxisme, par les mêmes ?

  • pourquoi le titre c'est grosse frayeur, l'avenir va nous dire que c'était du cirque

  • bizarre ! enseignants comme élèves ont eu un coup de paresse !on est en france !

  • dieu les a protégé ! amen ......