Grippe : le décès d'une ado de 13 ans inquiète en Ardèche

Grippe : le décès d'une ado de 13 ans inquiète en Ardèche
La campagne de vaccination contre la grippe continue jusqu'au 31 janvier 2017.

Orange avec AFP, publié le mardi 03 janvier 2017 à 15h03

Selon les informations du Dauphiné Libéré, une adolescente de 13 ans est décédée, dans la nuit du Nouvel An à son domicile de Gluiras (Ardèche), des "suites de la grippe". Une information, non confirmée par les autorités, qui pourrait porter à neuf le nombre de personnes tuées par l'épidémie depuis début novembre.

Les 13 régions de France métropolitaine sont touchées.

La jeune fille avait été hospitalisée 36 heures avant son décès à l'hôpital de Valence (Drôme). Après examen, les médecins avait jugé que son état de santé ne nécessitait pas d'hospitalisation. "Elle n'a pas été jugée nécessaire car elle ne présentait pas de signes graves", a expliqué au Parisien l'Agence régionale de santé (ARS). De son côté, l'Institut de veille sanitaire a expliqué qu'un "décès à 13 ans à cause de la grippe pouvait arriver, mais que cela restait tout à fait exceptionnel". À ce stade aucune analyse n'a été réalisée pour permettre de lier la mort à la maladie.

"IL FAUT PRENDRE DES PRÉCAUTIONS"

Ce flou inquiète en Ardèche. "Si la mort dramatique de cette jeune fille est liée à la grippe, il est urgent de le savoir et de comprendre pour faire de la prévention", a réagi le député socialiste du département, Pascal Terrasse. "La grippe est un virus qui se transmet, notamment en se faisant la bise. Dans ces périodes d'embrassades de bonne année, il faut prendre des précautions. Ce n'est pas une maladie à prendre à la légère", a-t-il ajouté.



Le virus H3N2 de la grippe saisonnière est particulièrement précoce et virulent cette année. Il a commencé à s'installer sur le pays en décembre alors que les épidémies de grippe commencent, le plus souvent, en janvier, si ce n'est en février. "La souche du virus n'est pas plus virulente que les autres années mais elle se diffuse très rapidement, d'où cette épidémie qui a un peu flambé ces derniers jours", a expliqué ce mardi sur Europe 1 le docteur Gérald Kierzek avant de rappeler que la campagne de vaccination dure jusqu'au 31 janvier.


Selon un premier bulletin hebdomadaire publié mercredi 28 décembre par Santé publique France, 179 cas graves avaient déjà été admis en réanimation et 8 personnes sont décédées sur ce total, contre 66 cas graves et 4 décès une semaine auparavant. Les autres indicateurs sont eux aussi en nette augmentation : entre le 19 et le 25 démembre, 4.220 personnes sont allées aux urgences pour des symptômes grippaux, soit deux fois plus qu'une semaine auparavant, et 617 ont dû être hospitalisées, soit près de trois fois plus.


"Les hospitalisations pour grippe affectent particulièrement les personnes âgées", avait souligné Santé publique France. Près des deux tiers des personnes hospitalisées la semaine dernière sont âgées de 80 ans et plus. Mardi, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait indiqué que certains hôpitaux dans le Sud (Montpellier, Avignon, Nîmes) avaient commencé à rappeler des soignants en vacances en raison de l'afflux de patients. "Les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en Auvergne-Rhône-Alpes (545 cas pour 100.000 habitants), Bourgogne-Franche-Comté (498) et Normandie (368)", précise de son côté Sentinelles. Martinique, Guadeloupe et Guyane sont également en situation d'épidémie de grippe.

Près d'un million de personnes ont consulté leur médecin pour des symptômes grippaux depuis le début de la saison, avait annoncé mardi Mariol Touraine, contre 3 millions sur l'ensemble de l'hiver dernier. L'épidémie 2016-2017 sera "quantitativement importante", mais il est encore "trop tôt pour évaluer sa gravité", avait-elle ajouté. Les signes cliniques rapportés la semaine dernière par les médecins du réseau Sentinelles "ne présentaient pas de signe particulier de gravité". L'épidémie de grippe saisonnière, due à un virus très contagieux, dure en moyenne neuf semaines, selon les données historiques de Sentinelles depuis 1984. Mais, lors de l'hiver 2009-2010, elle s'était étendue sur 16 semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.