Grippe aviaire: les éleveurs appellent à "agir au plus vite" autour des foyers de contamination

Grippe aviaire: les éleveurs appellent à "agir au plus vite" autour des foyers de contamination
L'Etat doit "agir au plus près et au plus vite" autour des foyers de contamination à la grippe aviaire pour endiguer la maladie qui fait rage dans le sud-ouest de la France

, publié le mardi 05 janvier 2021 à 12h50

L'Etat doit "agir au plus près et au plus vite" autour des foyers de contamination à la grippe aviaire pour endiguer la maladie qui fait rage dans le sud-ouest de la France et éviter des abattages plus massifs, soutient mardi la Confédération générale de l'aviculture (CFA). 

"ll est urgent que l'Etat renforce ses moyens d'action sur le terrain, en collaboration avec la filière, pour agir au plus près et au plus vite", soutient le président de l'organisation d'éleveurs de volailles affiliée à la FNSEA, cité dans un communiqué.

"Nous devons à tout prix éviter le scénario traumatisant de l'hiver 2016/17 où un dépeuplement massif avait dû être mis en oeuvre dans le sud-ouest", ajoute-t-il.

Le dernier bilan diffusé dimanche par le ministère de l'Agriculture faisait état de 61 foyers d'influenza aviaire hautement pathogène (communément appelée grippe aviaire) en France au 1er janvier, dont 48 dans les Landes qui compte un grand nombre d'exploitations d'oies et canards destinés à la production de foie gras. 

Le ministère prévenait que la stratégie de prévention de la maladie "pourra(it) être revue à la lumière d'un nouvel avis de l'(agence de sécurité sanitaire) Anses attendu" dans la semaine. 

Actuellement, les autorités mettent en oeuvre des "abattages préventifs de tous les palmipèdes et des autres espèces de volailles non claustrées dans un périmètre de 3 km autour des foyers", souligne la CFA, qui appelle l'Etat à "indemniser les éleveurs le plus rapidement possible".

"Après plusieurs années d'investissements colossaux pour respecter des mesures drastiques de biosécurité, conduisant à une augmentation du coût de production, ce nouvel épisode est un coup de massue, en particulier pour la filière palmipèdes gras déjà fragilisée par les impacts de la Covid-19", déplore l'organisation.

L'influenza aviaire a réapparu début décembre dans des élevages français. 

"Les volailles d'élevage sont principalement contaminées par les oiseaux sauvages infectés ou, lors d'épizootie en élevage, par les autres élevages avicoles infectés", rapporte l'Anses sur son site internet 

Les autorités rappellent systématiquement que la consommation de viande, foie gras et œufs ne présente pas de risque.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.