Grippe aviaire : les autorités passent 45 départements en risque "élevé" de contagion

Grippe aviaire : les autorités passent 45 départements en risque "élevé" de contagion
Les poulets devront être confinés

, publié le jeudi 05 novembre 2020 à 11h06

Les autorités sanitaires craignent un risque de contagion à la grippe aviaire par les oiseaux migrateurs. Pour parer à toute éventualité, ils ont placé 45 départements en risque "élevé", entraînant des conditions d'élevage plus strictes pour les agriculteurs.

Jeudi 5 novembre, les autorités françaises ont passé 45 départements en risque "élevé" d'introduction de la grippe aviaire par les oiseaux migratoires selon un arrêté publié au Journal officiel.

Le passage à un risque "élevé" déclenche l'instauration de mesures de protection renforcées. Ainsi, il est obligatoire de confiner les volailles ou de poser des filets pour empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages. Cela concerne tous les élevages commerciaux de volailles et les basses-cours. Ce passage en risque "élevé" implique aussi que les rassemblements de volailles vivantes sont interdits, en particulier sur les marchés, de même que les lâchers de gibiers à plume par les chasseurs.



Les Landes et le Gers parmi les territoires concernés

Ces mesures de restriction sont justifiées par "la nécessité de prendre des mesures de prévention urgentes et immédiates pour protéger les élevages de volailles français d'une potentielle contamination par le virus influenza aviaire par les oiseaux sauvages en particulier dans les zones à risque particulier ou les départements traversés par des couloirs de migration", selon cet arrêté.

Des départements connus pour leur production de foie gras, comme les Landes et le Gers, notamment, figurent parmi ces territoires.

Dès le 26 octobre, le ministre de l'Agriculture avait renforcé les mesures de prévention dans les élevages de volailles. Quelques jours plus tôt, le virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 avait été détecté sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Cependant, aucun cas en France n'a été signalé depuis.*


Des précédents catastrophiques

La France est à ce jour indemne d'influenza aviaire hautement pathogène. Le retour de ce virus sur le territoire national aurait des conséquences économiques majeures pour la filière, qui pourrait voir se fermer les débouchés à l'exportation.

Durant les hivers 2015/2016 et 2016/2017, les éleveurs de canards du Sud-Ouest avaient été frappés par des épizooties de grippe aviaire. Ces derniers avaient occasionné des abattages massifs pour éradiquer la maladie et coûté des centaines de millions d'euros aux producteurs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.