Grève SNCF : Mélenchon dénonce le "travail de merde" des journalistes

Grève SNCF : Mélenchon dénonce le "travail de merde" des journalistes
Jean-Luc Mélenchon à Paris, le 3 avril 2018.

Orange avec AFP, publié le mercredi 04 avril 2018 à 10h24

Le député des Bouches-du-Rhône est un habitué des sorties fracassantes contre les médias.

Jean-Luc Mélenchon s'en est une nouvelle fois pris aux médias, dénonçant mardi 3 avril leur "travail de merde" à propos de la grève SNCF, selon France 5. Interrogé par un journaliste sur la "bataille de l'opinion", alors qu'il défilait dans le cortège parisien des cheminots, le leader de la France insoumise a estimé que les "médias font une campagne de harcèlement contre les grévistes.

À chaque fois, c'est ça l'enjeu."

"C'est vous les médias, qui faites un travail de merde, vous salissez les grévistes, a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. Vous me demandez pas : 'est-ce que le train va mieux marcher une fois qu'il sera privé', 'est-ce que le statut doit être modifié'. Vous venez et vous me parler des gens désemparés sur les quais."



Par ailleurs, les images montrent également que plusieurs manifestants ont proféré des insultes à l'encontre de l'homme politique, le traitant notamment de "charognard" ou de "socialiste". D'autres ont crié "Ni dieu, ni maître, ni Mélenchon", "Mélenchon tête de con", ou encore "on vous déteste".

"Qu'une ou deux personnes un peu excitées m'aient chahuté en me confondant avec le PS tandis que je regagnais le métro pour être à l'heure à la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée n'est nullement significatif de l'ambiance ni de l'accueil fraternel que j'ai reçu", a répondu le député des Bouches-du-Rhône dans un communiqué publié sur son site.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.