Grève SNCF : Guillaume Pepy promet une indemnisation "forte" des usagers touchés par la grève

Grève SNCF : Guillaume Pepy promet une indemnisation "forte" des usagers touchés par la grève
Guillaume pepy s'est exprimé au journal 19/20 de France 3.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 07 mai 2018 à 21h00

Après la rencontre entre Edouard Philippe et les syndicats plus tôt dans la journée ce lundi, Guillaume Pepy s'est exprimé dans le journal de France 3 promettant une indemnisation "forte" pour les usagers touchés par la grève.

Alors que les cheminots entament, mardi 8 mai, leur 15e jour de grève depuis le 3 avril, le président du directoire de la SNCF a pris la parole sur le plateau du 19/20 de France 3 ce lundi soir. Guillaume Pepy a promis une indemnisation "forte" en région parisienne, et plusieurs gestes envers les usagers de la SNCF en dehors de l'Île-de-France.



Le PDG de la compagnie ferroviaire a annoncé que les abonnements TER seraient "à moitié prix" au mois de juin, et que "tous les billets" pour des TGV seraient "échangeables et remboursables", même s'ils sont "ni échangeables, ni remboursables" au moment de l'achat.

Pour les usagers franciliens, il a également expliqué qu'il y aurait "plus de compensation financière en région parisienne", dont les détails seront annoncés après une réunion, le 17 mai. Pour le patron de la SNCF, la grève des cheminots doit cesser : "Les Français en ont assez, ils comprennent de moins en moins cette grève", a-t-il expliqué, avant d'ajouter "la grève n'a que trop duré".

La SNCF va "faire de la publicité" sur les mesures de remboursement aux usagers affectés par la grève pour que ceux-ci "connaissent mieux leurs droits individuels à indemnisation", a annoncé le président de l'entreprise ferroviaire. "Souvent", les mesures de remboursement "ne sont pas très bien connues", a constaté Guillaume Pepy au micro de France Info. Il a indiqué que la SNCF allait en faire la publicité dans les gares, "pour que nos 4 millions et demi de clients connaissent mieux leurs droits individuels à indemnisation".

"Il y a une main tendue, et elle a été partiellement saisie"
Guillaume Pepy est également revenu sur la rencontre entre les syndicats et Edouard Philippe. Il a estimé que les syndicats avaient "partiellement saisi" la "main tendue" par le Premier ministre, jugeant que le dialogue pouvait désormais reprendre avant le passage de la réforme ferroviaire au Sénat : "Il y a une main tendue, et elle a été partiellement saisie. Je dis partiellement, parce que côté CGT, SUD et FO, ce n'est pas le cas", a-t-il reconnu. "Je ne vois pas comment ils pourraient ne pas donner suite" après la rencontre de lundi avec le Premier ministre Edouard Philippe, a relevé Guillaume Pepy.

"Le dialogue peut reprendre, et tout le monde pense que c'est le moment, parce qu'il reste trois semaines" avant le passage du projet de loi au Sénat, a-t-il jugé. Guillaume Pepy s'est félicité des propos du Premier ministre disant "qu'il irait encore plus loin que prévu dans les investissements de modernisation du réseau (...), notamment pour moderniser la signalisation et réduire les pannes". En outre, "il nous a dit qu'il fixait l'objectif pour que d'ici 2022, la SNCF ne perde plus d'argent", c'est-à-dire qu'elle n'ait plus à s'endetter pour faire face à ses dépenses de rénovation du réseau, comme actuellement.

"Je me suis engagé à ce qu'il y ait un agenda social d'ici le 23 mai"
Le patron de la SNCF a également salué l'engagement du Premier ministre de se prononcer sur une reprise "substantielle" de la très lourde dette de SNCF Réseau, laquelle devra être calculée en fonction de ces objectifs financiers. Côté SNCF, "je me suis engagé à réduire l'écart de compétitivité pour gagner des appels d'offres et faire la réforme interne", a indiqué Guillaume Pepy.

"Je me suis engagé à ce qu'il y ait un agenda social d'ici le 23 mai, pour la négociation du nouveau contrat de travail" qui doit remplacer le statut des cheminots pour les futurs embauchés à partir de 2020, a-t-il ajouté. Le patron de la SNCF a également dit qu'il présenterait en même temps les principes d'un programme "très ambitieux" pour la formation du personnel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.