Grève du Samu : 2,4 millions d'euros débloqués pour pallier le manque d'effectifs

Grève du Samu : 2,4 millions d'euros débloqués pour pallier le manque d'effectifs
Cette somme, "débloquée sur des crédits propres à l'agence", sera versée "la première semaine de janvier", a indiqué l'Agence régionale de santé.

publié le dimanche 23 décembre 2018 à 17h50

Les agents du Samu de Seine-Saint-Denis ont déposé un préavis de grève pour lundi 24 décembre afin de dénoncer un manque de personnel.

L'Agence régionale de santé (ARS) va débloquer 2,4 millions d'eurospour les huit Samu d'Ile-de-France qui dénoncent un manque de personnel pour répondre aux appels au 15, motif pour lequel le Samu de Seine-Saint-Denis sera en grève lundi.

Face à un courrier des Samu franciliens qui pointaient du doigt "le fait qu'il manque des auxiliaires de régulation médicale", "j'ai décidé de débloquer une enveloppe exceptionnelle de soutien à chacun des Samu d'IDF de 300.000 euros, ce qui fait 2,4 millions à l'échelle régionale", a déclaré Aurélien Rousseau, directeur général de l'ARS d'Ile-de-France.

Cette somme, "débloquée sur des crédits propres à l'agence", sera versée "la première semaine de janvier", a-t-il précisé. Aurélien Rousseau reconnaît des difficultés de recrutement, un turnover très élevé dans certains Samu, "comme à Paris et en Seine-Saint-Denis", ainsi qu'un "nombre d'appels qui augmente, par exemple à Paris avec les gilets jaunes".

Un préavis de grève déposé

Il constate également de "vraies disparités d'activité et d'indicateurs de résultats entre les différents Samu", estimant qu'il y a un "travail de fond à faire sur l'organisation".

Les agents du Samu de Seine-Saint-Denis ont déposé un préavis de grève pour lundi afin de dénoncer un manque de personnel qui ne permet plus de répondre correctement aux appels au 15.

"La principale revendication porte sur le manque de moyens humains. L'objectif est de répondre à 90% des appels en moins d'une minute, on en est très loin", expliquait samedi le docteur Frédéric Adnet, directeur du Samu en Seine-Saint-Denis. "300.000 euros, c'est satisfaisant mais ça doit être pérenne, afin que l'on puisse embaucher", a-t-il réagi dimanche après l'annonce de l'ARS.

Christophe Prudhomme, délégué CGT du Samu 93, a confirmé dimanche la grève annoncée à partir de lundi 24 décembre 00H00. "Nous attendons la concrétisation de ces promesses dans le cadre d'un protocole de fin de conflit" avec l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), a-t-il dit.

"Un renfort de l'effectif pour la période hivernale"



Une réunion de négociation entre la direction de l'hôpital Avicenne-Bobigny - où sont installées les équipes du Samu 93 -, la direction de l'AP-HP et la CGT doit avoir lieu lundi "pour prendre toutes les mesures nécessaires pour traduire opérationnellement et le plus rapidement possible le soutien annoncé par l'ARS", a annoncé l'AP-HP dans un communiqué.

Elle précise que "la continuité de ce service public essentiel sera bien assurée ce même jour". L'AP-HP avait fait savoir samedi 22 décembre qu'elle avait déjà accordé au Samu 93 "un renfort de l'effectif pour la période hivernale", en augmentant notamment de trois postes (de 42 à 45 postes) les assistants régulateurs médicaux qui assurent la réponse téléphonique des appels au 15.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.