France

Grève du 7 mars : les craintes du renseignement face à la venue possible de casseurs

Plusieurs centaines de gilets jaunes et d'activistes radicaux de l'ultra-gauche pourraient se rendre à Paris pour la journée de mobilisation du mardi 7 mars contre la réforme des retraites, rapporte Le Figaro.

La grogne contre le projet de loi sur les retraites pourrait monter d'un cran mardi 7 mars. À l'occasion d'une nouvelle journée de mobilisation qui s'annonce de grande ampleur dans le pays, les services de renseignement craignent la présence de 400 à 800 "ultras" des gilets jaunes et de 300 à 500 activistes de l'ultra-gauche dans la capitale, selon les informations du Figaro.

La contestation devrait être massive le 7 mars. "Le but de l'intersyndicale est de dépasser la mobilisation record du 31 janvier, où 1,2 million de manifestants avaient battu le pavé", explique à nos confrères un fonctionnaire de haut rang. D'après les analystes de la police, entre 60 000 et 90 000 personnes sont attendues à Paris pour défiler contre la réforme des retraites.

"Des appels aux sabotages et aux actions de blocages interceptés"

Les autorités redoutent des débordements dans les grandes villes de l'Hexagone. "Sur fond de haine 'anti-flic' et des symboles du capitalisme, des appels aux sabotages et aux actions de blocages ont été interceptés. Mais, pour l'heure, c'est de l'ordre du vœu pieu, car les syndicats gardent la haute main sur le mouvement", indique une source au Figaro.

En plus d'éventuelles scènes de violence, le pays pourrait être paralysé à partir du 7 mars. Les services de renseignement ont en effet répertorié de nombreux appels à bloquer des dépôts pétroliers, des plateformes de stockage alimentaires, des grandes surfaces, ou encore des axes giratoires à l'entrée des villes. La CGT a également appelé les livreurs à domicile et les éboueurs à cesser le travail dès mardi.

publié le 6 mars à 16h15, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux