Grève du 10 décembre : revivez la journée de mobilisation

Grève du 10 décembre : revivez la journée de mobilisation
Les Parisiens optent pour des vélos ou la marche à pieds face à la grève dans les transports (Paris, le 10.12)

, publié le mardi 10 décembre 2019 à 21h10

Les opposants à la réforme des retraites étaient de nouveau dans la rue mardi partout en France, après la démonstration de force du 5 décembre. Mais si la mobilisation restait forte dans les transports, les rassemblements étaient moins fournis, à la veille d'annonces très attendues du gouvernement. 

L'essentiel de la journée
► La mobilisation était en net recul au deuxième jour de mobilisation intersyndicale.

Les manifestations ont rassemblé 339.000 manifestants dans toute la France selon le ministère de l'Intérieur, 885.000 selon la CGT. La semaine dernière, ils étaient 806.000 selon l'Intérieur, 1,5 million selon les syndicats. 
► À Paris, 180.000 manifestants ont défilé, selon les syndicats, contre 250.000 le 5 décembre. L'Intérieur a comptabilisé 31.000 manifestants dans la capitale, contre 65.000 la semaine dernière. 
► La grève s'est poursuivie dans les transports, dans les raffineries et dans l'enseignement notamment, malgré une mobilisation en baisse dans ce dernier secteur. De fortes perturbations sont encore attendues dans les transports mercredi. 
► Une nouvelle journée de mobilisation intersyndicale se tiendra le mardi 17 décembre. Les syndicats ont également appelé à mener des actions locales jeudi. 



21h - Les syndicats lancent un appel à une nouvelle journée de mobilisation mardi 17 décembre. 

Mardi soir, à l'issue de près de trois heures de réunion, l'intersyndicale FO-CGT-FSU-Solidaires et quatre organisations de jeunesse opposée à la réforme des retraites ont appelé à des actions locales le jeudi 12 décembre et pendant le weekend et à une journée de mobilisation nationale mardi 17 décembre. 

"Les organisations appellent à organiser des actions de grève et de manifestations localement le 12 décembre, puis le weekend et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grève et de manifestation", a déclaré Frédéric Souillot (FO), lisant le communiqué de l'intersyndicale. "Déjà des actions locales le 12 décembre et pendant le weekend. Puis le 17 il faudra une plus grosse journée de mobilisation que précédemment, avec un grand rassemblement à Paris", a déclaré Catherine Perret de la CGT à l'issue de la réunion. =1em"Des grèves irréductibles tous les jours jusqu'au 17, et le 17 ce doit être l'irruption", a renchéri Eric Beynel (Solidaires).

19h15 - 22 personnes interpellées à Paris.

Selon la préfecture de Police de Paris, 22 personnes ont été interpellées au cours de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites. "L'encadrement par les forces de l'ordre a permis à la manifestation d'arriver à son terme sans incident", s'est félicitée la préfecture de Police. 



18h50 - À Perpignan, un black-out électrique revendiqué par la CGT.
La CGT a revendiqué une coupure d'électricité qui a affecté mardi matin le centre-ville de Perpignan, dont la préfecture, une action destinée à protester contre le projet de réforme des retraites. "On revendique cette coupure qui ciblait la préfecture (des Pyrénées-Orientales) et le marché (de fruits et légumes) Saint-Charles, pour défendre le régime des retraites des salariés d'EDF-GDF", a déclaré à l'AFP Xavier Charreyron, secrétaire départemental CGT-Energie. Dans la matinée, Enedis avait mis sur le compte d'"un probable acte de malveillance" la coupure, qui avait privé d'électricité, à partir de 06h30, la mairie, des banques mais aussi quelque 5.000 foyers.

18h35 - 10,33% de grévistes dans la fonction publique d'Etat 

À 17h30, la participation à la grève contre la réforme des retraites a atteint 10,33% dans la fonction publique d'État, contre 32,82% le 5 décembre à la même heure, selon le secrétaire d'État Olivier Dussopt. Les enseignants ont été 12,41% à faire grève dans le primaire et 19,41% dans le secondaire (collèges et lycées) selon le ministère, et respectivement 30% et 62% d'après les syndicats. Dans la fonction publique territoriale, on comptait 3,6% de grévistes mardi à 17h30 contre 13,76% jeudi 5 décembre à la même heure, et dans les hôpitaux, 5,5% des personnels étaient grévistes (18,9% jeudi 5 à la même heure), selon M. Dussopt.


17h55 - La mobilisation rassemble 885.000 manifestants dans toute la France, selon la CGT, 339.000 selon le ministère de l'Intérieur.

La CGT a comptabilisé 885.000 manifestants en France mardi à 17h, contre 1,5 million le 5 décembre, a indiqué le numéro un du syndicat, Philippe Martinez. Le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 339.000 manifestants dans toute la France.

À Paris, la manifestation a rassemblé 180.000 personnes selon la CGT et FO, contre 250.000 le 5 décembre. Les manifestants étaient 27.000 à Paris selon le comptage effectué par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP. Selon le ministère de l'Intérieur, ils étaient 31.000 à Paris, contre 65.000 le 5 décembre. 

Quasiment partout, la participation dans les cortèges a été plus que divisée par deux, d'une mobilisation à l'autre. Ainsi les autorités annonçaient 12.000 participants à Toulouse et à Marseille (contre respectivement 33.000 et 25.000 jeudi dernier), 9.500 à Lyon (contre 21.000), 9.000 à Bordeaux (contre 20.000), 9.000 à Nantes (contre 19.000). À Montpellier, on a même compté trois fois moins de monde dans le cortège, avec 6.400 participants (contre 20.000 le 5 décembre), et à Bayonne quatre fois moins (2.500 au lieu de 10.000), toujours selon les préfectures.


17h30 - La RATP et la SNCF prévoient un trafic encore "très perturbé" mercredi. 

La SNCF annonce un TGV sur quatre et un Transilien sur cinq en moyenne, la RATP prévoit un trafic similaire à celui de mardi, avec 10 lignes de métro fermées. Retrouvez les prévisions détaillées


17h30 - Le cas Jean-Paul Delevoye fait jaser à l'Assemblée.

Un échange animé a eu lieu dans l'hémicycle entre le député Alexis Corbière et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand. Le député insoumis a dénoncé une dimension de "conflit d'intérêt" visant le haut-commissaire aux retraites, appelant au passage Richard Ferrand à sanctionner les députés qui l'interrompaient. "Je ne reçois d'ordres de personne en général. Et pas de vous en particulier", lui a t-il notamment répondu.



17h - Pas de pénurie de carburant à craindre dans les stations-service, assure le gouvernement

"L'approvisionnement des stations-service est assuré normalement sur l'ensemble du territoire à partir des dépôts pétroliers", a indiqué le ministère de la Transition écologique. La préfecture de Police incite néanmoins les Franciliens à réduire leurs déplacements. 


16h - Le cortège parisien arrive à Denfert-Rochereau, son point d'arrivée

Le cortège de la manifestation parisienne s'était élancé un peu après 14 heures des Invalides.


14h35 - Affluence en repli

La mobilisation "reste importante" mais "il y a moins de monde à Paris" ainsi "qu'en province", a commenté Philippe Martinez.

14h25 - La manifestation parisienne a commencé

Le cortège s'est élancé de la place Vauban (7e arrondissement) en début d'après-midi (photo AFP - Bertrand Guay).


L'arrivée est prévue place Denfert-Rochereau (14e arrondissement).

13h06 - Mobilisation en nette baisse dans la rue

Les premiers chiffres communiqués par la police et les préfectures concernant les manifestations de la matinée montraient une mobilisation en nette baisse : 6.400 personnes à Montpellier contre 20.000 jeudi dernier, 5.500 contre 13.000 à Rouen, 5.000 contre 10.500 à Tours ou encore 2.500 contre 5.000 à Béziers.
 
12h53 - "Pas d'annonces magiques" qui puissent faire "cesser les manifestations", assure Philippe devant les députés LREM

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré mardi devant les députés LREM qu'"il n'y a pas d'annonces magiques" qui puissent faire "cesser les manifestations" et "les questions" des Français sur la réforme des retraites, ont rapporté plusieurs participants.

"Ce n'est pas parce que je fais un discours (mercredi midi) que les manifestations vont cesser. Ce discours va même susciter de nouvelles questions. Et c'est normal. Il y aura des questions et il y aura des débats dans l'hémicycle sur des sujets légitimes", a lancé le chef du gouvernement lors d'une réunion à huis clos.


12h40 - Les syndicats de policiers annoncent une mobilisation mercredi à 10h30

Les syndicats Alliance Police nationale, Unsa Police et Unité SGP annoncent une mobilisation pour "la sauvegarde du statut des policiers", demain à 10h30, devant le siège du Conseil économique, social et environnemental où le Premier ministre Edouard Philippe doit s'exprimer pour présenter les contours de la réforme des retraites.

"Nous rappellerons tous ensemble à cette occasion notre refus de toute réforme du statut des policiers et la préservation des acquis pour les personnels administratifs, techniques et scientifiques", indiquent les syndicats dans un communiqué.

12h25 - Chiffres officiels de mobilisation à la SNCF

Selon le Groupe SNCF, le taux de grévistes mesuré ce mardi s'élève à 24,7%.

Plus de 3 conducteurs sur 4 (77,3%) sont en grève.

11h45 - Plusieurs lycées bloqués à Paris et en province

D'après BFMTV, plusieurs lycées sont aujourd'hui bloqués ce mardi à Paris, mais également en régions. Des élèves et des professeurs se sont réunis devant plusieurs établissements en ce jour de grève contre la réforme des retraites pour protester contre la précarité des étudiants.

À Paris, sont notamment concernés les lycées Fénelon, Hélène Boucher, Ravel, Charlemagne, Balzac, Sophie Germain ou encore le lycée Colbert.

11h43 - La réforme ne doit pas devenir "une réformette" 

La députée LREM Olivia Grégoire a souhaité mardi que la réforme des retraites ne se transforme pas en "réformette", mettant en garde sur le nombre de "régimes spécifiques" qui pourraient voir le jour au terme des "concessions" qu'Edouard Philippe devrait annoncer mercredi.

11h20 - Philippez Martinez appelle Macron à "un peu d'humilité"

Le secrétaire général de la CGT s'en est pris à la réforme "très dogmatique" voulue par le chef de l'Etat. "Soit on dit 'J'ai raison tout seul', et c'est souvent la caractéristique de monsieur Macron, soit on écoute"

10h35 -  Blocage des raffineries

Sept des huit raffineries françaises sont bloquées aujourd'hui, selon la CGT, qui appelle aussi les salariés d'EDF à faire grève et à manifester pour cette deuxième journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites. "Il s'agit de raffineries Esso et Total, donc de salariés du privé", a souligné Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la CGT Chimie.

9h45 - "On a une incapacité de discuter avec certains syndicats", déplore Jean-Baptiste Djebbari

Le secrétaire d'État aux Transports a répété mardi matin que le gouvernement était "déterminé" à passer la réforme et dénoncé l'absence de SUD-Rail et de la CGT à la table des négociations depuis un mois et demi. 

9h10 - Retour à "la normale" sur les routes d'Île-de-France

Les Franciliens ont anticipé leurs trajets en voiture ce mardi. En effet, si Sytadin a comptabilisé jusqu'à 400 km de bouchons, la situation était vers 8h30 conforme à un mardi ordinaire selon le site spécialisé.

8h45 - Le directeur de SNCF Transilien évoque des perturbations "peut-être jusqu'à la fin de semaine"

La circulation est encore très perturbée ce mardi et pourrait le rester dans les prochains jours. "On sait que ce sera encore perturbé au moins demain, peut-être jusqu'à la fin de la semaine. Je pense que ça dépendra des déclarations du Premier ministre", a estimé sur BFM Paris Alain Krakovitch, directeur de SNCF Transilien. 

8h30 - Emmanuel Macron parle "d'une réforme indispensable"

Interrogé sur les manifestations contre la réforme des retraites qui agitent la France depuis jeudi en marge d'un sommet sur le processus de paix en Ukraine, le chef de l'État a réagi lundi soir pour la première fois depuis le début de la mobilisation. "Chacun autour de la table sait ce qu'est une réforme indispensable à son pays et ce qu'elle implique d'être menée. Ça relève de l'action du gouvernement et des annonces qui seront faites demain (mercredi, ndlr)", a-t-il expliqué à un journaliste de BFMTV.

8h15 - Les internes se mobilisent aussi

Les internes en médecine sont appelés à une grève illimitée à partir de mardi pour dénoncer la "dégradation des soins".

8h06 - Taux de grève de 12,5% dans les écoles attendu mardi en France, 35% à Paris, selon le ministre

Environ 12,5% des enseignants du premier degré devraient être en grève en France mardi, nouvelle journée de manifestations contre la réforme des retraites, a indiqué le ministre de l'Éducation nationale sur France Inter. "C'est très différent d'une région à l'autre, Paris en particulier dénote par un taux de grève plus important, autour de 35%", a ajouté Jean-Michel Blanquer. Jeudi dernier, ils étaient 51% de grévistes dans le primaire et 42% dans le secondaire, selon le ministère (autour de 70% selon les syndicats), des taux records depuis 2003.

7h42 - Une réunion à l'Élysée ce soir, Philippe au 20h de TF1 mercredi

Initialement prévue lundi à midi, la réunion entre Emmanuel Macron et les ministres concernés par la réforme des retraites se tiendra finalement ce mardi soir à l'Elysée. La prise de parole d'Edouard Philippe, censée arrêter les contours de la réforme, est quant à elle fixée à mercredi. Le Premier ministre devrait s'exprimer en milieu de journée et sera par ailleurs sur le plateau du JT de TF1 mercredi à 20h.

7h30 - Pagaille sur les routes

Conséquence directe de ces perturbations:  vers 07H40, 380 kilomètres de bouchons étaient enregistrés sur les routes d'Île-de-France, par le site d'information routière Sytadin, un chiffre toujours exceptionnel mais toutefois en nette baisse par rapport aux 550 kilomètres de lundi. 

7h20 - Des dépôts de bus RATP bloqués 

Si la RATP a annoncé que le trafic des bus serait assuré à 50% ce mardi, des dépôts de bus sont toutefois actuellement bloqués par les syndicats. 
 
7h15 - La ligne 11 finalement ouverte à Paris

La ligne 11, qui devait initialement être fermée selon les prévisions de trafic, est finalement ouverte ce mardi matin jusqu'à 9h30, a annoncé la RATP. Un train sur 3 circulera et certaines stations seront fermées, précise toutefois la régie des transports parisiens.

7h10 - Les enseignants à nouveau mobilisés

Mardi, les enseignants sont à nouveau attendus dans la rue pour la deuxième grande journée de mobilisation contre la réforme des retraites, dans laquelle les enseignants ont potentiellement beaucoup à perdre. Selon le projet de réforme, leur retraite ne serait plus calculée sur les six derniers mois de salaire, mais sur l'ensemble de leur carrière. En contrepartie, les primes seraient intégrées. Or les professeurs, notamment du primaire, n'en touchent quasiment pas.






7h - Trafic toujours très perturbé dans les transports

Principaux concernés par la grève des transports depuis jeudi, les Parisiens devront prendre leur mal en patience. Dix lignes de métro sur seize seront closes mardi, et la poursuite de la grève a été votée au moins jusqu'à mercredi, parfois jusqu'à vendredi. "La semaine est morte", a résumé un leader syndical, Thierry Babec.

Seuls 20% des TGV et trains de banlieue circuleront, et quelque 25% des vols intérieurs et 10% des moyens courriers d'Air France sont annulés.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.