France

Grève des agents du nettoyage à Marseille : une odeur insoutenable dans la gare, où les déchets s’amoncellent

Depuis le 1er août, les agents du nettoyage de la gare Saint-Charles, à Marseille (Bouches-du-Rhône) sont en grève. Usagers et touristes sont contraints d’affronter des amas de déchets et une odeur “pas supportable”.

Des déchets partout, une odeur pestilentielle, les voyageurs qui découvrent Marseille (Bouches-du-Rhône) en descendant d’un train arrivé à la gare Saint-Charles tombent des nues. Depuis le 1er août, les agents de nettoyage de la gare sont en grève. Un mouvement suivi par leurs collègues en charge du métro depuis le lundi 7 août, rappelle TF1. Tous réclament le versement de leurs salaires, amputés de primes ou de congés depuis plusieurs mois. Depuis le début de l’année, c’est la troisième fois qu’ils stoppent le travail dans le but d’obtenir gain de cause. “Quand je suis sorti du train, c'était aberrant”, rapporte un passager. “Ça fait peine à voir, ça donne une mauvaise image de la ville”, ajoute un autre voyageur.

En plus de la multitude de déchets, les Marseillais comme les touristes doivent composer avec une “odeur pas supportable”, décrit un usager. Habituellement, une trentaine de salariés de l’entreprise privée Laser Propreté nettoient la gare Saint-Charles. Et ils sont 80 à œuvrer dans le métro de la cité phocéenne. “Ce n'est pas un plaisir de voir la gare dans cet état” parce que “tout cela, on va le ramasser” quand tout rentrera dans l’ordre, commente Houria Tahri, salariée élue au Comité social et économique (CSE) du syndicat Solidaires.

16 millions de voyageurs

Laser Propreté serait dans “une situation économique et financière alarmante”, selon Kamel Djeffel. Le secrétaire national du syndicat CAT Nettoyage craint “un plan social et économique déguisé. En quelques mois, nous approchons les 40 personnes licenciées sans cause réelle et sérieuse”. La SNCF, elle, indique à TF1 avoir fait “constater la situation par un huissier de justice” et avoir “mis en demeure notre prestataire de respecter les termes du contrat qui nous lie”. Tous les ans, 16 millions de voyageurs passent par la gare Saint-Charles. L’enjeu est donc de taille, en pleine saison estivale.

publié le 9 août à 12h17, Cathy Gerig, 6Medias

Liens commerciaux