Grève dans 25 magasins Monoprix à travers la France pour protester contre des conditions de travail "fortement dégradées"

Grève dans 25 magasins Monoprix à travers la France pour protester contre des conditions de travail "fortement dégradées"©BERTRAND GUAY / AFP

publié le vendredi 02 juillet 2021 à 19h02

Les magasins de Rennes, Toulouse, Nation, La Canebière ou Lyon ont été perturbés par des salariés présents à l'intérieur pour expliquer leurs conditions de travail aux clients et leur proposer de signer une pétition.

Ce vendredi 2 juillet, un mouvement de grève à l'appel de la CGT a eu lieu dans plusieurs magasins Monoprix, pour protester notamment contre le sous-effectif au sein du groupe Monoprix.


"Ce mouvement décidé au dernier moment est une très belle réussite avec 25 magasins en grève", s'est félicité Marie-Christine Aribart, déléguée centrale CGT (2e syndicat, 37%). "On voulait cibler les magasins des grandes villes." 

La direction de Monoprix a indiqué de son côté que "suite à un appel à la grève de la CGT, non suivi par les autres organisations syndicales, quelques collaborateurs d'une minorité de magasins y ont répondu pendant quelques heures. L'ensemble de nos magasins sont restés ouverts et ont continué d'accueillir nos clients."

Monoprix compte 314 magasins en France mais la CGT est présente dans seulement 150 d'entre eux.



Recours "abusif" à l'activité partielle, non-remplacement des absents

Les magasins de Rennes, Toulouse, Nation, La Canebière ou Lyon ont ainsi été perturbés par des salariés présents à l'intérieur pour expliquer leurs conditions de travail aux clients et leur proposer de signer une pétition.

"A Rennes, il y avait 50 grévistes environ et seulement six personnes qui ont continué le travail", assure ainsi Marie-Christine Aribart, employée en Ille-et-Vilaine.

"Depuis plusieurs mois les conditions de travail se sont fortement dégradées, imposant une charge de travail quasi équivalente" à la période d'avant la crise, "à un nombre de salariés plus restreint", explique la CGT dans le communiqué d'appel à la grève.

"La cause : le recours abusif à l'activité partielle et le non-remplacement des absents".



"On voulait attirer l'attention. On se prépare pour la rentrée de septembre si Monoprix continue de ne pas nous donner des bras", a ajouté l'élue.

"Monoprix rappelle privilégier avant tout le dialogue social, qui reste notre priorité. Celui-ci n'a d'ailleurs jamais été rompu. Des discussions se tiennent actuellement dans les quelques magasins concernés", a encore assuré la direction.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.