Grand débat : 150 étudiants recrutés pour recueillir les doléances dans les gares et les postes 

Grand débat : 150 étudiants recrutés pour recueillir les doléances dans les gares et les postes 
Emmanuel Macron le 7 février 2019 à Etang-sur-Arroux en Saône-et-Loire.

publié le samedi 09 février 2019 à 14h48

Selon Franceinfo, ces "stands de proximité" seront mis en place du 14 février au 15 mars. Le gouvernement espère aller à la rencontre de ceux qui ne participent pas au grand débat. 

Des "stands de proximité" dans les gares et les bureaux de poste des chefs-lieux de département.

Selon Franceinfo, le gouvernement a recruté 150 étudiants qui animeront ces stands. Ces étudiants, qui travailleront en binôme mixte, auront pour mission de recueillir les doléances des citoyens en les invitant à remplir les questionnaires du site du grand débat sur des tablettes numériques, ajoute la radio publique. 



Ces stands, constitués de tables hautes, de tabourets et d'un panneau annonçant le grand débat, selon les détails donnés par Franceinfo, devraient faire leur apparition jeudi 14 février à Nanterre (Hauts-de-Seine). L'opération doit durer jusqu'au 15 mars, date de fin du grand débat. Ces stands mobiles, un seul par région, devraient être installés pour deux jours dans chaque chef-lieu. 

Selon la radio publique, "c'est l'institut de sondage Opinion Way qui a été choisi pour analyser les contributions reçues sur ces stands, ainsi que des contributions recueillies par Internet". Elles seront ensuite ajoutées aux 800.000 déjà soumises sur le site du grand débat. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.