Gironde : une trentaine de collégiens intoxiqués à proximité d'un site d'Arianegroup

Gironde : une trentaine de collégiens intoxiqués à proximité d'un site d'Arianegroup
Au total, "34 personnes du collège Aliénor d'Aquitaine à Martignas-sur-Jalle, dont 27 collégiens, ont été légèrement intoxiquées".

publié le mercredi 13 octobre 2021 à 21h04

Personne n'a dû être hospitalisé parmi les 34 personnes concernées, dont 27 collégiens.

Une trentaine de personnes ont été "légèrement intoxiquées" mercredi 13 octobre dans un collège de Martignas-sur-Jalle en Gironde. Selon les premiers éléments de l'enquête laisse supposer que l'origine de l'intoxication serait une émanation d'acide Chlorydrique provenant d'une installation d'Arianegroup située à proximité, a indiqué la préfecture.

Au total, "34 personnes du collège Aliénor d'Aquitaine à Martignas-sur-Jalle, dont 27 collégiens, ont été légèrement intoxiquées" mercredi en fin de matinée, sans entraîner d'hospitalisation, détaille la préfecture dans un communiqué.

Selon la même source, "l'origine de l'intoxication pourrait être, d'après les premiers éléments, une émanation d'acide chlorhydrique provenant de la combustion de propergol, un carburant destiné à la propulsion, sur le site d'ArianeGroup à Saint-Médard-en-Jalles".

Arianegroup possède deux sites industriels à Saint-Médard-en-Jalles, à l'ouest de Bordeaux, situés à environ 5 km du collège où ont été détectés les cas d'intoxication. L'un de ces deux sites "développe les propergols nécessaires à la propulsion du lanceur Ariane5 et du futur lanceur Ariane 6", précise le constructeur des fusées Ariane sur son site internet.

Deux enquêtes ouvertes

Une procédure judiciaire a été ouverte à la suite de ces intoxications légères, a précisé la préfecture de Gironde.

Dans le même temps, l'inspection des installations classées de la Direction régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement (Dreal) a commencé à enquêter sur les conditions dans lesquelles cette combustion a été réalisée, sa conformité réglementaire, et les liens probables avec l'intoxication", a indiqué la préfecture.

"La Dreal nous a effectivement informés que le produit pourrait provenir de notre site, a expliqué Arianegroup, interrogé par Sud Ouest. Nous avons immédiatement commencé toutes les investigations nécessaires."

"Nous pouvons confirmer que l'ensemble des procédures ont, comme toujours, été respectées, a encore assuré le groupe. Nos équipes collaborent étroitement avec la Dreal et les autorités locales pour déterminer si les causes de cet incident sont liées à nos activités."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.