Gironde : un patron affirme avoir rendu ses allocations familiales, la CAF dément

Gironde : un patron affirme avoir rendu ses allocations familiales, la CAF dément
Une réforme du système des allocations familiales est envisagée par le gouvernement.

Orange avec AFP, publié le mardi 10 octobre 2017 à 18h50

Le gouvernement envisage de supprimer les allocations familiales pour les ménages les plus aisés. Selon BFMTV, un chef d'entreprise girondin a décidé de prendre les devants, en faisant opposition aux 117 euros mensuels qu'il touche de la CAF pour sa fille.

Mais l'organisme assure que ces informations sont "erronées".

"Qui, quand il gagne 6.500 euros par mois, a besoin de 117 euros pour son gamin ? Il faut arrêter de se raconter des conneries", a témoigné un patron de 46 ans, ce mardi 10 octobre à BFMTV. "Avec ma femme, à partir du moment où notre fille est rentrée à l'école, on a commencé à voir arriver sur notre compte une somme de 117 euros. On a demandé si c'était sous conditions de ressources, et pas du tout, c'était pour tout le monde. On a trouvé cela complètement indécent, alors qu'on a un train de vie qui est cinq ou six fois supérieur à n'importe quelle personne qui a un enfant, mais qui est au Smic".



"CEUX QUI NE VEULENT PAS FAIRE L'EFFORT N'ONT QU'À PARTIR EN BELGIQUE"

Selon ce chef d'entreprise, la CAF a répondu au couple qu'il ne pouvait pas refuser cette somme. "Donc on a fait opposition au virement (...) C'est illogique de gagner autant que quelqu'un qui gagne 900 euros par mois", poursuit-il. "J'ai entendu des gens regretter qu'ils paient tout plein pot en gagnant 8.000 euros par mois. La vie doit être vachement dure", ironise-t-il. "Quand on a un certain niveau de vie, oui, on fait plus d'efforts que les autres. Ceux qui ne veulent pas faire partie de l'effort national, ils n'ont qu'à partir en Belgique ou au Portugal".

Pour lui, les plus riches bénéficient déjà largement du système en France : "Quand je vais chez le médecin je suis bien soigné", note-t-il. "J'ai eu un gros accident domestique cet été, j'ai failli y laisser la vie. Je suis arrivé aux urgences et je n'ai pas déboursé un centime. J'ai été pris en charge comme un smicard, comme n'importe qui. Je fais partie d'un système et j'en récolte les fruits".

UNE SITUATION DÉMENTIE PAR LA CAF DE GIRONDE

Selon la CAF de Gironde, la situation de cet allocataire - "vieille de sept ans" - est "erronée" : "La législation évolue régulièrement mais les Allocations familiales n'ont jamais été attribuées dès le 1er enfant. Elles sont versées à partir du deuxième enfant. Le montant de l'aide est variable selon ses ressources : pour deux enfants à charge, le montant varie de 129,86 € au maximum à 32,47€ au minimum" précise-t-elle. "Pour percevoir une aide de la Caf, il faut faire une première demande. Ensuite la Caf versera les aides auxquelles vous aurez droit selon votre situation. Si vous souhaitez ne plus bénéficier d'une aide, il suffit d'en informer votre Caf. Votre droit sera alors suspendu !", précise-t-elle.

Le député LREM et rapporteur général de la commission des Affaires sociales, Olivier Véran, a proposé le mois dernier de supprimer purement et simplement les allocations pour les ménages "les plus aisés" (plus de 6.000 euros de revenus mensuels nets). Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, n'est "pas fermé" à cette possibilité, même si la ministre de la Santé Agnès Buzyn - qui "doit porter" le projet - assure que la mesure n'est "pas à l'ordre du jour". Leur suppression "pour ceux qui gagnent plus de 6.000 euros par mois représenterait une économie d'environ 440 millions d'euros par an", fait valoir Olivier Véran.



En 2015, le gouvernement socialiste avait déjà introduit une forme de dégressivité des allocations familiales : les ménages gagnant plus de 6.085 euros net ont vu leur prestation divisée par deux, ceux gagnant plus de 7.955 euros divisée par quatre. Le Conseil constitutionnel avait expliqué que verser des allocations familiales différenciées en fonction des revenus n'était pas inconstitutionnel.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU