Gironde: deux gendarmes, intervenus pour violence conjugale, blessés par un forcené qui se donne la mort

Gironde: deux gendarmes, intervenus pour violence conjugale, blessés par un forcené qui se donne la mort

Des membres du GIGN, le 2 décembre 2017 à Auros (Gironde)

A lire aussi

AFP, publié le samedi 02 décembre 2017 à 20h24

Deux gendarmes ont été blessés par arme à feu et hospitalisés, sans pronostic vital engagé, samedi en Gironde, en intervenant sur une dispute conjugale à Auros, dans le sud du département, où un forcené s'est retranché plusieurs heures avant de se donner la mort, a-t-on appris de sources concordantes.

Les militaires étaient intervenus vers 10H30, dans une maison isolée de cette petite commune à 60 km de Bordeaux, alertés pour un différend conjugal avec violence, a-t-on précisé auprès de la préfecture de Gironde, confirmant une information de Sudouest.fr. Ce sont les pompiers, venus proposer leur calendrier, qui s'étaient trouvés face à une situation de violence conjugale, et avaient alerté les gendarmes.

Dans des circonstances non encore connues avec précision, l'homme âgé de 63 ans, a priori inconnu de la justice, a saisi à un moment donné une arme à feu et a tiré sur les militaires, qui portaient des gilets pare-balles, a-t-on indiqué auprès de la gendarmerie.

L'un d'entre eux a néanmoins été blessé au thorax, un autre au bras vers l'épaule, tous deux devant vraisemblablement à leur gilet d'éviter de très graves blessures. Les deux gendarmes ont pu se replier, puis ont été évacués vers le CHU de Bordeaux, sans que leurs jours soient en danger. L'un d'eux a subi une opération, et son état évoluait de façon satisfaisante, tandis que son collègue a pu quitter l'hôpital dans la soirée, a-t-on précisé de même source.

La femme a pu être extraite de l'habitation où intervenaient les gendarmes dans la matinée, et a été hospitalisée à Langon, pour des blessures légères subies lors des violences, tandis que l'homme se retranchait seul dans la maison.

Les forces spéciales de négociation et d'intervention du GIGN ont alors pris position sur site, où quelque 70 gendarmes au total ont été déployés, entre sécurisation des lieux, mise en place d'une déviation routière, et force d'intervention proprement dite.

Vers 18H15, et après des tentatives de contact dans le courant de la journée, les forces du GIGN sont intervenues dans la maison, où l'homme a été retrouvé mort dans sa salle de bain, s'étant donné la mort avec une arme de calibre 9 mm, l'une de plusieurs armes à feu présentes dans la maison, a précisé à l'AFP le procureur de la République Marie-Madeleine Alliot, qui s'était rendue sur place.

Une enquête ouverte pour tentative de meurtre s'est de facto éteinte avec la mort du forcené, mais l'enquête sur les circonstances de l'attaque, confiée à la section de recherches de la gendarmerie, suivait son cours, et une autopsie du corps du forcené devait être pratiquée, a précisé le parquet.

 
14 commentaires - Gironde: deux gendarmes, intervenus pour violence conjugale, blessés par un forcené qui se donne la mort
  • chiche si tous les automoblistes laissaient leur voiture devant l elysee et fermaient les portes ,parce que plus que le ras le bol de ce gouverment issus de BoBos qui ont a peine vecu et se prennent pour des Dieux
    Tout et emprunte aux autres les locutions Macron ne sont pas les siennes on vit avec le present ,le passe on le laisse a l histoire
    Il ferait bien de s en inspirer
    Ou sont les feneants en France :ils y en a plus avec des cols blancs ou certaines institutions francaises servent de Dortoir
    evident qu avec le mot Chambre devant il peut y avoir confusion.

  • respect pour nos forces de polices

  • Les gendarmes, les agents, les pompiers et autres militaires font un travail remarquable. Applaudissons les au lieu de les mépriser.

  • Nos flics d'élite ont pu s'entraîner à défaut d'être efficaces .

    L'efficacité, c'est d'avoir exfiltré la victime des violences conjugales.

    Quand des Gendarmes exposent leur vie, au contact de la violence la plus extrême, ils méritent plus de respect.

  • Mais de quoi se sont mêlés les pompiers? Des disputes conjugales sont monnaie courante.....

    Lapingris, vous faites juste semblant d'être idiot ou est-ce que vous ne savez pas lire?
    Il est bien noté dans l'article qu'il s'agissait d'une "dispute conjugale avec violence", les pompiers ont donc fait ce qu'il fallait en prévenant les autorités sinon cela aurait été de la non assistance à personne en danger!
    Des femmes meurent chaque jour sous les coups de compagnons violents; j’espère que personne dans votre entourage ne se trouvera jamais en danger pendant que vous vous contenterez de le laisser se débrouiller

    Les disputes conjugales violentes sont trop fréquentes, elles durent et viennent à leur paroxysme parce que certains ferment les yeux.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]