"Gilets jaunes" : près de 2.000 manifestants à Paris pour l'"acte 29"

"Gilets jaunes" : près de 2.000 manifestants à Paris pour l'"acte 29"
Le cortège des "gilets jaunes" à Paris, le 1er juin

, publié le samedi 01 juin 2019 à 17h00

Pour l'"acte 29" du mouvement des "gilets jaunes", 2.100 personnes ont défilé dans les rues de la capitale, samedi 1er juin, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Après des mois de mobilisation, les rangs du cortège parisien des "gilets jaunes" étaient clairsemés ce samedi. Au cri de "Justice sociale, justice fiscale", le cortège s'est élancé vers 13 heures de la place Denfert Rochereau, dans le XIVe arrondissement, pour rejoindre la place de la Nation, sous le soleil et dans une ambiance festive. Ces dernières semaines, le mouvement a montré de nets signes d'essoufflement. Après avoir attiré plusieurs dizaines de milliers de participants, seuls 12.500 "gilets jaunes" ont battu le pavé samedi 25 mai. 

"En septembre, ça va repartir"

"On ne lâche rien ! Les médias disent que le mouvement est mort mais c'est faux", a lancé Sandrine, auxiliaire familiale de 53 ans, originaire de Massy-Palaiseau.

"On est hyper résistants. Il y aura peut-être un petit creux pendant l'été, mais en septembre ça va repartir de plus belle", a assuré celle qui est dans la rue chaque samedi depuis le 17 novembre. "Le mouvement va continuer", a abondé Luca, un manifestant de 48 ans, qui imagine "à long terme des organisations de démocratie directe au niveau local" issues du mouvement.



Les violences policières au cœur des revendications

Alors que le procureur de Paris a assuré cette semaine que des policiers seraient jugés pour violences lors des manifestations, plusieurs slogans anti-forces de l'ordre étaient scandés dans les rues de Paris ce samedi. Depuis le début du mouvement le 17 novembre, 2.448 personnes ont été blessées côté manifestants et 1.797 parmi les forces de l'ordre, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur arrêtés au 13 mai. "Peut-être que les policiers vont rejoindre le mouvement et se mettre de notre côté", a estimé Sandrine. "Car aujourd'hui, l'État se retourne contre eux, alors qu'ils n'ont fait qu'obéir aux ordres". D'autres manifestations étaient prévues ce samedi dans le pays, ainsi qu'une "marche des mutilés" dimanche à Paris.

En milieu de journée, l'ancienne figure médiatique des "gilets jaunes", Éric Drouet, a de nouveau pris ses distances avec le mouvement, estimant que la mobilisation "part(ait) totalement à la dérive". "Les manifestations comme ça aujourd'hui, je ne suis vraiment pas pour. Je conteste toutes ces récupérations : faire des marches pour différents thèmes. On s'éloigne des revendications principales", a déclaré le chauffeur routier.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.