"Gilets jaunes" : l'ex-boxeur soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes placé en garde à vue

"Gilets jaunes" : l'ex-boxeur soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes placé en garde à vue
Des gendarmes encadrent des "gilets jaunes" lors de l'"acte 7" de la mobilisation à Paris le 29 décembre 2018.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 07 janvier 2019 à 12h35

L'homme s'est présenté à la police lundi matin et a été placé en garde à vue, a annoncé lundi matin sur Twitter le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

L'"acte 8" de la mobilisation des "gilets jaunes" a été émaillé de heurts samedi 5 janvier. Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont notamment éclaté à Paris sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries.

Une vidéo a circulé tout le week-end sur les réseaux sociaux, montrant un ancien boxeur professionnel frappant à mains nues un gendarme tombé à terre lors de la manifestation parisienne et un autre derrière son bouclier.



Rapidement identifié par le syndicat des commissaires de la police nationale, l'homme s'est présenté à la police lundi matin et a été placé en garde à vue, a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur Twitter. "L'individu qui a violemment attaqué samedi des gendarmes mobiles sur la passerelle Senghor s'est présenté aux enquêteurs de la sûreté territoriale de Paris. Il a été immédiatement placé en garde à vue et devra répondre de ses actes devant la justice", a-t-il déclaré. Une information également confirmée par le parquet de Paris.


Les deux gendarmes, qui se sont vu prescrire 15 jours d'incapacité totale de travail (ITT) pour celui frappé à terre et deux jours d'ITT pour l'autre, avaient porté plainte dimanche contre le boxeur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.