"Gilets jaunes" : Emmanuel Macron dit sa "honte" après les violences à Paris

"Gilets jaunes" : Emmanuel Macron dit sa "honte" après les violences à Paris
Emmanuel Macron le 21 novembre 2018 à Paris.

, publié le dimanche 25 novembre 2018 à 07h54

Il n'y a "pas de place pour ces violences dans la République" a estimé le chef de l'État sur Twitter.

La manifestation des "gilets jaunes" samedi 24 novembre sur les Champs-Elysées a donné lieu à des échauffourées et des interpellations. "Merci à nos forces de l'ordre pour leur courage et leur professionnalisme", a d'abord écrit le chef de l'État sur Twitter dans la soirée avant de condamner fermement les violences : "Honte à ceux qui les ont agressées.

Honte à ceux qui ont violenté d'autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d'intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République".



Si Emmanuel Macron a commenté les violences lors de cette journée de mobilisation, il ne s'est pas exprimé sur les revendications des manifestants. L'Élysée n'a fait aucun autre commentaire alors que les "gilets jaunes" sont toujours mobilisés et réclament la suppression des taxes sur les carburants. On attend pour mardi les annonces du chef de l'État qui tentera de renouer le dialogue.



106.301 "gilets jaunes" ont été recensés samedi à 17h00 dans toute la France, dont 8.000 à Paris, contre 282.710 au total samedi dernier à la même heure, a dénombré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, évoquant un "fort affaiblissement de la mobilisation". Il y a eu au total 130 personnes placées en garde à vue. A Paris, 69 personnes ont été interpellées, selon un bilan de la Préfecture de police dans la soirée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.