"Gilets jaunes" : des manifestants invectivent violemment des forces de l'ordre

"Gilets jaunes" : des manifestants invectivent violemment des forces de l'ordre©Panoramic

6Medias, publié le samedi 20 avril 2019 à 20h20

Réunis Place de la République pour le 23e acte de la mobilisation des gilets jaunes, certains manifestants se sont adonnés à des slogans hostiles aux policiers présents sur place, rapporte France Info. Des paroles immédiatement condamnées par la classe politique.
 
Régulièrement pris pour cible depuis le début du mouvement des "Gilets jaunes", les policiers en charge d'assurer la sécurité lors de l'acte 23 du mouvement ont été violemment invectivés par plusieurs personnes à Paris. "Suicidez-vous, suicidez-vous, suicidez-vous". Ce sont à travers ces paroles que certains manifestants présents Place de la République se sont adressés aux forces de l'ordre. Une scène filmée par un journaliste de l'Obs qui a immédiatement interpellé, indique France Info. La scène a choqué sur les lieux, mais également sur les réseaux sociaux où elle a été rapportée. En réponse à la vidéo, certaines personnes ont commenté, en parlant de "honte", d'autres ont trouvé les propos "scandaleux" ou "immondes", jusqu'à invectiver les auteurs de ces paroles : "bande de déchets toxiques", "pourritures" ou "abrutis sans cerveau".



Rapidement, c'est également le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner qui a réagi avec véhémence. "Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie ! Soutien total à nos forces mobilisées et à leurs familles. L'immense majorité des Français sait ce qu'elle leur doit", a-t-il tweeté en début de soirée.


 
"Ignoble", "abject"...
 
Le maire de Nice, Christian Estrosi, lui a d'ailleurs emboité le pas sur ce même réseau social : "Entendre 'suicidez-vous' scandé contre les policiers est ignoble (...) À cette situation dramatique pour nos forces de l'ordre s'ajoute l'abject de ces voyous".



Mais c'est tout le monde politique qui s'est ému de l'affaire. Le cadre UDI Flavien Neuvy a fustigé des propos "abjects", tandis que le député LREM du Val-de-Marne Guillaume Gouffier a condamné avec "la plus grande fermeté ces propos et agissements".
Quant à la députée (LREM) de l'Hérault, Patricia Miralles, c'est la "nausée" qui l'a envahie après avoir entendu ces invectives. "Mes pensées vont aux enfants, époux(ses) aux parents, aux familles qui vivent ce drame", a-t-elle tweeté.


 
Une réplique qui fait écho à la mobilisation, vendredi 19 avril, des syndicats de forces de l'ordre afin d'alerter sur le nombre élevé de suicides dans la profession. Comme le rappelle BFM TV, 29 policiers ont déjà perdu la vie depuis le début de l'année.
Ce samedi 20 avril marquait un regain de mobilisation chez les "gilets jaunes" pour le 23e acte du mouvement. 9 000 "gilets jaunes" ont notamment été comptabilisés dans les rues de Paris selon les autorités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.