"Gilets jaunes" : combien vont coûter les mesures annoncées par Édouard Philippe ?

"Gilets jaunes" : combien vont coûter les mesures annoncées par Édouard Philippe ?
La hausse prévue le 1er janvier 2019 de la taxe carbone sur l'essence, le fioul et le diesel est suspendue pour six mois. (Illustration)

publié le mardi 04 décembre 2018 à 15h44

Les mesures annoncées mardi par le Premier ministre pour calmer la colère des "gilets jaunes" devraient entraîner un manque à gagner de près de deux milliards d'euros pour les finances publiques.

Après plus de 15 jours de fronde des "gilets jaunes", le Premier ministre a annoncé mardi midi 4 décembre la suspension pour six mois de plusieurs mesures fiscales. Dans une déclaration depuis l'hôtel Matignon, Édouard Philippe a confirmé un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, sur l'essence, le fioul et le diesel; la convergence de la fiscalité du diesel avec celle de l'essence et l'alignement sur la fiscalité des particuliers de la fiscalité du gazole des entrepreneurs non routiers.

Il a également annoncé que les tarifs du gaz et de l'électricité "n'augmenteront pas pendant l'hiver" comme c'était prévu et la suspension, pour six mois là-aussi, du durcissement prévu du contrôle technique.



Selon une source proche du dossier, ces mesures devraient entraîner un manque à gagner de près de deux milliards d'euros pour les finances publiques, équivalant à 0,1 point de produit intérieur brut (PIB). Lors de son allocution télévisée, le chef du gouvernement a toutefois laissé entendre que le gel des taxes ne remettrait pas en cause les objectifs du gouvernement en matière d'endettement public.

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a de son côté affirmé que "le cap de la réduction de la dette sera(it) tenu". "On en a discuté avec le président de la République lundi soir. Il y a un cap fixé par le président qui est celui du respect de nos engagements européens, de la réduction de la dépense, de la réduction de la dette et de la réduction des impôts et ce cap-là, il sera tenu", a-t-il dit ce mardi devant des journalistes à Bruxelles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.