"Gilets jaunes" : Brigitte Bardot "comprend leur colère"

"Gilets jaunes" : Brigitte Bardot "comprend leur colère"
Brigitte Bardot à Paris, le 27 septembre 2007.

Orange avec AFP, publié le dimanche 06 janvier 2019 à 11h42

Elle fustige les dépenses des politiques et estime que cet argent devrait aller à "ceux qui n'ont plus un rond".

"Tout cet argent dépensé est insupportable". Soutien des "gilets jaunes" depuis le début, Brigitte Bardot a assuré dimanche 6 janvier comprendre "ce qu'ils vivent, leur colère au quotidien", dans un entretien accordé au Midi Libre.


"Quand je vois les millions utilisés pour des choses d'une futilité inimaginable, quand je vois les déplacements des politiques en avion privé, les voitures, les chauffeurs... Tout cet argent dépensé est insupportable.

Qu'on le donne aux personnes qui n'ont plus un rond", a développé Brigitte Bardot dans les colonnes du quotidien régional. L'ancienne icône du cinéma français a estimé que "les Restos du Cœur devraient être subventionnés par l'État", saluant "le travail des bénévoles". Interrogée sur les réponses d'Emmanuel Macron aux "gilets jaunes", elle l'a jugé "absolument pas convaincant".


Brigitte Bardot, qui avait déjà demandé au président un "miracle" de Noël pour les animaux, a estimé que le gouvernement ne tenait pas compte des pétitions pour les droits des animaux. "À Paris, ils n'en ont rien à faire", a-t-elle déploré. "Je crois que l'on devrait devenir des 'gilets' d'une autre couleur et se révolter pour protéger tous les animaux de la planète. Je suis trop âgée pour prendre ce type d'initiative, d'autres pourraient le faire."

Elle a aussi indiqué avoir adressé un courrier à la belle-fille du président, Tiphaine Auzière, passionnée par les chevaux, "pour lui demander de nous soutenir à abolir l'hippophagie". "Plus personne ne mange de cheval et pourtant on continue à tuer 60.000 chevaux par an pour rien et les exporter en Belgique et en Italie. Il faut arrêter tout ça. C'est une horreur", a jugé Brigitte Bardot.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.