Génocide au Rwanda : Édouard Balladur assure avoir empêché une opération militaire de soutien aux génocidaires

Génocide au Rwanda : Édouard Balladur assure avoir empêché une opération militaire de soutien aux génocidaires
François Mitterrand et Édouard Balladur à Paris, le 18 janvier 1995.

publié le mercredi 14 avril 2021 à 21h37

"Ça aurait fait de nous des acolytes de ce début de génocide", a estimé l'ancien Premier ministre, qui pointe l'entourage du président François Mitterrand.

Et si la France étaient intervenue militairement au côté du gouvernement rwandais qui s'apprêtait à organiser un génocide ? Le premier ministre de l'époque, Édouard Balladur, a assuré mercredi 14 avril avoir évité en 1994 à la France de devenir un "acolyte" du gouvernement génocidaire hutu rwandais, en empêchant une opération militaire française à Kigali réclamée selon lui par l'entourage du président socialiste François Mitterrand.

Au printemps 1994, alors que le génocide des Tutsi est en cours au Rwanda, "tous ceux qui prônaient une intervention de l'armée française étaient en fait favorables au gouvernement hutu", et voulaient le soutenir face aux rebelles tutsi du FPR (Front patriotique rwandais), a déclaré Édouard Balladur dans un entretien à France 24 et RFI

"J'étais extrêmement hostile à cette solution car cela aurait pris les allures d'une expédition coloniale" et "ça aurait fait de nous des acolytes de ce début de génocide", a insisté l'ancien Premier ministre de droite, qui gouvernait depuis un an en "cohabitation" avec le président socialiste François Mitterrand. "J'ai pris une position parfaitement claire: ne pas intervenir entre les deux parties et interdire toute une série d'opérations proposées sur Kigali sous des prétextes humanitaires".


"En empêchant notre armée" d'intervenir en soutien du gouvernement génocidaire hutu, "je l'ai garantie contre le risque d'être accusée d'avoir facilité le génocide", a insisté Édouard Balladur.

Le génocide perpétré contre la minorité tutsi au Rwanda a fait plus de 800.000 morts selon l'ONU, entre avril et juillet 1994.

La France a finalement lancé en juin 1994 dans le sud-ouest du Rwanda l'opération militaro-humanitaire Turquoise, sous mandat de l'ONU, visant à "faire cesser les massacres". Début avril, Paris avait aussi lancé une opération d'évacuation des étrangers à Kigali, l'opération Amaryllis, qui durera quelques jours. 

Édouard Balladur a épargné le président Mitterrand, sévèrement mis en cause dans le rapport Duclert, qui a conclu le mois dernier à des "responsabilités lourdes et accablantes" de la France dans le génocide au Rwanda. "Le président et moi parlions du Rwanda très régulièrement. Je l'avais senti lui-même très hésitant, si bien qu'il n'avait jamais donné suite à des propositions d'un certain nombre de membres de son entourage qui voulaient que la France se porte au secours du gouvernement hutu", a-t-il déclaré.


L'ancien Premier ministre a par ailleurs affirmé avoir "mis un terme aux fournitures d'armes" au Rwanda dès son arrivée à Matignon en mars 1993. "Je ne prétends pas que tout ce que nous avons fait a été bien fait en temps utile", a ajouté Édouard Balladur, tout en réitérant que la France avait été la "seule" à agir au Rwanda, et en se disant "plein d'admiration" pour la mission de l'armée française dans le cadre de l'opération Turquoise.

Interrogé sur les auteurs de l'attentat du 6 avril contre l'avion du président hutu Juvénal Habyarimana, élément déclencheur du génocide, Édouard Balladur a répondu : "je ne sais pas". Longtemps imputé par des responsables politiques et par la justice française au FPR de Paul Kagame, actuel président du Rwanda, cette question a empoisonné les relations entre Paris et Kigali pendant plus de 25 ans. Les poursuites contre des responsables rwandais ont été abandonnées en 2020, après une ordonnance de non-lieu fin 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.