France

Gard : impayés, délais trop longs… le maire RN de Beaucaire épinglé pour sa "gestion hasardeuse"

© Domine Jerome/ABACA

Dans une enquête de Libération mercredi 13 septembre, Julien Sanchez, le maire Rassemblement national de Beaucaire, est sous le feu des projecteurs pour une "gestion hasardeuse" de sa ville. Sa présence sur tous les dossiers entraîne notamment de nombreux retards.

Le week-end du 16 et 17 septembre, la ville de Beaucaire, dans le Gard, accueillera le séminaire de rentrée du Rassemblement national, organisé par le maire de la ville, Julien Sanchez. A cette occasion, Libération publie mercredi 13 septembre une enquête sur la gestion, plus que délicate, de la mairie par l’édile en place depuis 2014. Parmi les faits qui lui sont reprochés, il y a notamment les délais qui s’accumulent sur chaque dossier. En effet, "l’omnimaire", le surnom donné par ses employés, voudrait tout contrôler, tout lire et tout signer. "Je suis obligé. Je ne veux pas tomber si quelqu’un a fait une connerie. On me reproche de ne rien déléguer, mais la responsabilité ne se délègue pas. Si j’avais signé tout ce qu’on m’a apporté, je serais en prison", explique-t-il de son côté à Libération.

Des fournisseurs toujours en attente de paiement

Un système qui a pour conséquence de tout rallonger, comme des documents pouvant aller jusqu’à des années avant d’être signés, des chèques périmés ou encore des commandes qui n’ont jamais été validées. Dans un rapport de 2020, la chambre des comptes d’Occitanie avait déjà qualifié de "gestion hasardeuse" le service de mairie de Julien Sanchez à propos de son premier mandat. "Sans en avoir les compétences, le maire s’est mis en tête de ne pas avoir d’adjoint aux finances, afin de maîtriser lui-même cette charge importante, de voir et de valider chaque bon de commande, chaque facture", est-il possible de lire.

Des retards qui entraînent de nombreux impayés pour les fournisseurs et prestataires, mais aussi pour les employés. Le rapport cite notamment l’exemple d’un cuisinier qui s’est retrouvé six mois sans four à devoir réaliser 700 repas par jour. Depuis qu’il est le maire de la ville, Julien Sanchez a fait augmenter de 49,8% les frais de contentieux, soit une somme de 235 523 euros en cumul de frais d’avocat. D’autres faits sont également reprochés au maire de Beaucaire tel que de la maltraitance envers les employés, ou encore du favoritisme.

publié le 13 septembre à 12h48, Romain Strozza, 6Medias

Liens commerciaux