François Molins sur le terrorisme : "La menace n'est pas moins élevée, elle est plus diffuse"

François Molins sur le terrorisme : "La menace n'est pas moins élevée, elle est plus diffuse"©Panoramic

6Medias, publié le mardi 23 janvier 2018 à 08h37

Le procureur de la République était ce matin l'invité de RTL à la veille de l'ouverture du procès de Jawad Bendaoud, premier procès en lien avec les attentats du 13 novembre 2015. "La menace (sur le territoire français) n'est pas moins élevée, elle est plus diffuse", a expliqué, sur l'antenne de RTL ce mardi 23 janvier, le procureur de la République.

François Molins s'appuie notamment sur les déclarations du ministère de l'Intérieur en septembre dernier.



Le ministre Gérard Collomb avait en effet expliqué que la France avait échappé à 12 attentats, déjoués, depuis le début de l'année 2017, dans au moins cinq villes différentes (Villejuif, Evreux, Paris, Lille, Salon-de-Provence). Sur l'arrestation évoquée d'un homme ayant prêté allégeance à l'Etat islamique dans le Gard, la semaine dernière, le procureur de la République confirme : "Un certain nombre d'éléments permettent de penser que quelque chose se préparait, on est confrontés à une menace qui a muté. Des gens pas connus des services de renseignement." L'homme, âgé de 33 ans, avait prêté allégeance au groupe État islamique (EI) dans une vidéo. Il a été mis en examen et écroué samedi pour un projet d'attentat. A propos de la délicate question des Français qui ont combattu ou vécu dans l'Etat islamique, François Molins a détaillé plusieurs éléments. D'abord, « il n'est pas exclu d'avoir des participations de femmes et de mineurs ». Et de préciser : « il faut inventer des dispositifs de prise en charge des enfants qui ont vécu dans des conditions qui ne sont pas normales, qui ont assisté à des décapitations, qui voient des armes à la maison tous les jours. » Le procureur estime à moins de 180 le nombre de personnes revenues de la zone irako-syrienne depuis le début du conflit.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU